Le festival de théâtre d’Almada est un incontournable des bonheurs estivaux à Lisbonne et ses alentours.

De la dimension d’Avignon, par la programmation, les audaces et la qualité, le Festival d’Almada, 33 e du nom, occupe les plus belles salles de spectacle de la capitale du  4 au 18 juillet 2016.

Sans oublier la ville du festival par excellence, Almada,  où se trouve le théâtre Joaquim Benite, du nom du fondateur et créateur de ce théâtre, disparu trop tôt, mais aussi des salles plus petites ou alternatives.

Programmation d’excellence donc pour tous les amateurs de grand et beau théâtre, sous le signe d’une tension esthétique qui touche le théâtre contemporain : entre une perspective qui laisse toute la place à la dimension littéraire et l’acteur au centre et les courants de performances qui bousculent l’univers du théâtre.

Le festival est cette année dédié aux grands maîtres du genre.

A ne pas manquer, une coproduction Compagnie Teatro d’Almada/ Cie Espagnole  Nao d’Amores, consacré à Gil Vicente, une pièce écrite en 1527 !

Mais aussi le cycle «Novissimo teatro Ital iano » avec 5 productions.

 

Le 33 e festival de théâtre d’Almada, c’est 29 spectacles,  d’Allemagne, de France, d’argentine, de suisse, Espagne, Norvège, Etats-Unis, Belgique, Roumanie, Italie…et Portugal.

Et l’apothéose, c’est sans nul doute le spectacle « dejame que te Baile », le flamenco de Mercedes Ruiz, sans doute parce que le flamenco est l’une des plus belles mises en scène musicale des sentiments humains. Ce sera le 18 juillet 2016, à l’école D Antonia Costa, à Almada, 22 heures.

La programmation complète est disponible sur le site www.ctalmada.pt

 

A noter qu’une exposition est consacrée à Graça Morais, auteure de l’affiche du 33 e festival. Le théâtre du Garagem présente aussi plusieurs mises en scène à partir de textes de l’artiste.

On lui doit l’affiche fleurie de ce 33e Festival de Théâtre d’Almada

 

Pinochio, de Joel Pommerat

Au centre culturel de Belém CCB
Vendredi 15 Juillet 2016 à 21 h
samedi 16 Juillet à 18 h

fetsival théâtre almada

MAY B, de Mary Maguins

De la danse, un spectacle exceptionnel, à l'école D.António da Costa (Almada) le 6 juillet 2016

Graça- Suite teatral em três movimentos

Hommage à l'artiste Graça Morais, par le teatro da Garagem. Théâtre Taborda, Lisbonne

 

 

 

 

 

marcheuse sur la'venue de la liberté

La sardine est partout. Son retour sur le devant de la scène en juin marque le début des festivités à Lisbonne. Ou des hostilités, comme on veut. Car chaque année c’est la même chose, on part à la pêche à la meilleure sardine  et à la meilleure terrasse pour la déguster.

La sardine est associée au mois de juin, et ce n’est pas un hasard. C’est à cette époque de l’année qu’elle se rapproche des côtes pour frayer. Elle a besoin de toute son énergie, elle est donc dodue, charnue à souhait pour pouvoir accomplir son destin. Goûteuse donc, et très recherchée…

La sardine est grillée entière, salée, et dégustée sur une tranche de pain grillé. On la « pousse » avec un verre de vin, ou de bière pour les nouvelles générations, mais c’est moins bon.

Si vous croisez un portugais qui se pince l’oreille pour indiquer que la sardine est vraiment à point, alors n’hésitez plus, offrez vous ce mets délicieux et de plus en plus en plus rare.

Ne jamais oublier que la sardine a, à plusieurs reprises dans le passé, sauvé les portugais de la famine : si on lui voue un culte c’est justifié

La sardine est donc devenue l’emblème des fêtes des saints populaires, en ce joli mois du début de l’été.

Le 13 juin c’est Saint Antoine. Le 24 Saint Jean et le 29, Saint Pierre qui ferme le ban.

Antoine dit aussi de Padoue est le plus chéri. Lisbonne s’accorde un jour férié pour bien le fêter, et c’est le 12 au soir que les quartiers populaires défilent sur l’Avenue de la Liberté (Avenida da Liberdade) pour un exercice répété durant des mois : les marches.

Chaque quartier, véritable village dans la ville, interprète un thème musical, et le met en scène, dans des déguisements parfois très élaborés, hauts en couleurs, entre éclats et kitsch. Thèmes imposés et interprétations, costumes et chorégraphies font l’objet d’un concours très disputé tous les ans.

Les marches puisent leur tradition dans les fêtes médiévales du solstice d’été pendant lesquelles on s’amusait pour célébrer l’abondance, tout en faisant allégeance aux notables. Aujourd’hui encore, les marcheurs s’arrêtent devant le maire de Lisbonne et lui remettent des petits cadeaux.

Tombées en désuétude, c’est le dictateur Salazar qui a remis les marches au goût du jour au début du siècle dernier. Mais le temps a passé, la raison du retour en grâce des marches populaires oubliée, et aujourd’hui on s’amuse et rivalise de talents pour cette journée spéciale où le païen et le chrétien se retrouvent mêlés dans un joyeux feu d’artifice de débauches et de dévotions.

Sardines donc, qui tous les ans font l’objet d’un concours de design pour illustrer les fêtes. L’une des sardines retenues rend aussi hommage aux oeillets, qui symbolise pour les portugais la liberté, depuis la révolution démocratique du 25 avril 1974.

 

sardine design

concours de design annuel pour les fêtes de Lisbonne en juin

Mais revenons à Saint Antoine. Outre ses facultés à nous aider à retrouver ce que l’on perd, c’est aussi un marieur. C’est donc un saint bien sympathique. A tel point qu’il a supplanté Saint Vincent, le véritable saint patron de Lisbonne. Mais Vincent dont on ne sait rien ou presque n’inspire guère les Lisboètes, alors que saint Antoine qui bénit les mariages a une autre allure.

On a remis aussi au goût du jour le 13 juin, les mariés de la Saint Antoine. Des couples de conditions modestes célèbrent collectivement leurs noces aux frais de la municipalité. Ces mariés ont droit au grand tralala qu’ils n’auraient jamais pu se permettre : bénédiction à la cathédrale, vin d’honneur à la mairie…et même le droit de défiler sur l’Avenue de la Liberté en ouverture des marches.

Le 13 juin, la fête anniversaire du Saint, une procession a lieu dans les rues proches de la Cathédrale où la tradition place l’origine de la famille d’Antoine le bien aimé.

La mairie de lisbonne organise tout le mois de juin de nombreuses animations : concerts,spectacles, littérature, évênements en tout genre. le 10 juin , jour de la fête nationale portugaise, un spectacle gratuit est suivi d’un feu d’artifice tiré devant le Terreiro do Paço (Baixa).

Un vaste programme pour tous les goûts, disponible sur le site

egeac.pt

marches sur avenue d ela liberté lisbonne en juin

Des robes de princesse pour le défilé des marches

On rivalise d'originalité et d'audace pour les costumes des marches. Le jury en tiendra compte pour récompenser le meilleur quartier de Lisbonne de l'année.
le concours prend en compte les costumes des marches

Une robe de rêve

Les marcheuses en rêvent toute l'année: le défilé sur l'avenue de la Liberté est l'occasion de porter de jolies atours.
marches lisbonne
 
les saints populaires se fêtent dans la rue

La vila Berta, l'un des nombreux "arraial" de Lisbonne

Arraial, ou place, pour se retrouver autour des sardines grillées, au son des flonflons et sous les lampions. Une joyeuse ambiance à chaque Saint populaire.
marcheurs à vila berta lisbonne

La fierté des marcheurs.

Les marcheurs exhibent leurs atours dans les quartiers d ela capitale: une fierté que de répéter des mois durant même si dans la vraie vie on est boucher, professeur ou chômeur.

marcheuse radieuse

Un sourire, c'est juin.

La beauté d'un sourire d'une fière marcheuse.
sardines décoratives en juin à Lisbonne

Même les sardines s'envolent

Juin est le mois de la bombance, celuid es sardines si dodues, si goûteuses. Riches en omega et en protéines elles ont souvent sorties Lisbonne et le Portugal de disettes douloureuses.
marches de Lisbonne

Un dernier froufrou.

Alkantara, de l’arabe Al- qantara, le pont.

Alkantara est un quartier de Lisbonne, dont le nom veut dire pont, passage entre les deux rives du Tage. C’est en effet à l’ouest de la capitale que le fleuve rétrécit son cours, avant de s’élargir à nouveau à l’embouchure.

Alkantara, c’est aussi le nom du Festival des Arts de la Performance, une biennale à la réputation fort bien établie, et qui permet de découvrir les tendances artistiques, et les préoccupations du monde.

Prendre le pouls de la société, sentir ses frémissements, transmettre des courants, questionner notre présent notre futur…c’est l’objectif d’Alkantara Festival

Beaucoup moins caustique qu’on pourrait le croire, la performance est une manière de faire passer idées et désirs par le bais de l’immédiat, du contact presque physique avec le spectateur.

pont 25 avril

le pont du 25 avril à Lisbonne, et le quartier Alkantara

Intense et différent, brillant et inventif, Alkantara Festival présente ce qui se fait de mieux dans le genre, avec ce souci de faire se rejoindre cultures et mondes différents.

Comme le dit son directeur, le belge Thomas Walgrave  « Les artistes sont là parce qu’ils sont bons et veulent dire quelque chose ».

Jusqu’au 11 juin 2016, dans les meilleures salles de spectacles de Lisbonne. Avec en prime, une sorte de Alkantara Festival bis, avec concerts, dj sets, expos et conférences.

Le programme ? c’est ici

Alkantara festival 2016

 

 

Les masques  dans la péninsule Ibérique, sont normalement utilisés au moment de la nouvelle année ou bien en février, pour carnaval. Le Portugal comme l’Espagne maintiennent très vives ces traditions ancestrales étonnantes.

Les masques et les déguisements vont se montrer à Lisbonne du 5 au 8 mai au cours du XI Festival des Masques Ibériques

Ces magnifiques masques et parures sont rarement vus hors de leur contexte, les solstices d’hiver, l’arrivée du printemps…la fin des vaches maigres, le retour des belles journées ou encore le passage à l’âge adulte. Les rituels sont aussi souvent associés à l’inconnu ou au danger : faire peur pour éloigner la menace. Le festival est donc une occasion unique de découvrir la beauté et le contexte tragi-comique des scènes champêtres.

Trente groupes- 500 participants- venus d’Espagne et du nord du Portugal vont parcourir la Baixa, la ville basse. Au son des tambours ou des cornemuses. Le défilé démarre à 16h3o sur la place de la mairie (Praça do Municipio), et termine place du Rossio, dans une débauche de couleurs. Le temps d’admirer de pures merveilles de la tradition populaire, souvent fabriquées avec les moyens disponibles à portée de mains: des restes de tissus, des ficelles, des feuilles, du bois…

Les inquiétants Caretos  de Podence sont parmi les plus énigmatiques : qui se cache derrière ces masques simples et pourtant si impressionnants ? Nous sommes en territoire païen, et rien ni personne n’a pu jusqu’à aujourd’hui empêcher les provocations de ces curieux personnages nés de l’imagination populaire.

Le Festival dure trois jours. le grand défilé, haut en couleurs et en sons, il propose toutes sortes d’activités et d’animations : des concours de photographies, un marché de l’artisanat et de la gastronomie, et de la musique. Place à la musique Folk, avec en ouverture vendredi soir , les Trasga de Miranda do Douro (21h30). Concerts également samedi 7 mai et dimanche 8 mai.

festival masques ibériques

 

 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

 

 

oeillets 25 avril

Des œillets rouges dans  Lisbonne et le Portugal, au moment du 25 avril, c’est une tradition. Ce jour là on commémore la révolution de 1974, qui a fini para faire basculer le Portugal dans la démocratie.

Si vos pas vous mènent  près de l’avenue de la Liberté (Avenida da Liberdade), n’hésitez pas à suivre le défilé. Il est populaire, encore très prisé, et c’est l’occasion de se faire applaudir. En effet, les badauds, les personnes âgées et ceux qui préfèrent voir passer le défilé, l’œillet à la boutonnière, tapent dans les mains pour montrer leur soutien.

C’est aussi l’occasion de suivre pacifiquement un char : pour rappeler que ce sont les militaires qui ont mené le coup d’état du 25 avril 1974, le défilé est précédé d’un engin prêté pour l’occasion.

Il est recouvert d’œillets rouges, pour bien montrer dans quel camp il se range et les militaires avec lui.

L’Avenue de la Liberté (Avenida da Liberdade) presque 3 km de long change d’atmosphère le 25 avril. La large avenue souvent comparée aux Champs-Elysées parisiens, prend un air tout à la fois festif et revendicatif.

Les chants « révolutionnaires », dans la réalité les magnifiques poèmes de Zeca Afonso, auteur de Grandôla, la chanson qui a donné le coup d’envoi de la révolution de 1974, sont repris en boucle.

Les vendeurs d’œillets circulent pour satisfaire la demande. C’est un peu le brin de muguet du premier Mai en France. Il y a quelques années, des vendeurs indiens étaient entrés dans la danse. Ils avaient fait rire les portugais : leurs œillets étaient de toutes les couleurs. Difficile à vendre ! L’année suivante, les fleurs étaient totues redevenues rouges.

Mais d’où vient la tradition ? Beaucoup d’histoires ont circulé sur l’origine exacte de la distribution des œillets le 25 avril 1974. Plusieurs femmes ont revendiqué ce rôle si important quand on pense au symbole que cette fleur est devenue. Aujourd’hui tout le monde est d’accord pour accorder à  Céleste Caeiro le mérite de l’initiative.

Elle tenait à l’époque le vestiaire d’un restaurant qui fêtait son premier anniversaire. Le patron avait prévu d’offrir des fleurs aux dames et de servir un porto aux messieurs.

Céleste fut alors chargée d’aller distribuer les fleurs. En chemin elle croisât  les militaires et la révolution en marche…Et à un soldat qui lui demandait une cigarette qu’elle n’avait pas, elle offrit un œillet qu’il mit alors au bout de son fusil.

Depuis la révolution porte le nom de cette fleur. Et on offre ou on s’offre les œillets rouges en signe de fidélité à la démocratie.

Dans Lisbonne, on peut découvrir des lieux liés à cette histoire récente.

  • Place du Carmo, ou se trouve la caserne militaire où le chef du gouvernement de l’époque Marcello Caetano fut renversé (Chiado).
  • Le musée de la résistance, située dans la prison de l’Aljube (quartier de la Sé) où furent emprisonnés et torturés les opposants au régime dictatorial.
  • Le monument au 25 avril. Une sculpture étrange et controversée, que l’on doit à l’artiste contemporain João Cutileiro. Elle se trouve en haut du Parc Eduard VII (quartier Marquês Pombal)
  • Une simple plaque indique aujourd’hui l’emplacement de l’ancien siège de la PIDE la police politique de Salazar. On peut y lire le nom des 4 personnes tuées par cette police le 25 avril 1974. Rua Antóonio Maria Cardoso, no 18-26 (Chiado)
caserne du carmo à lisbonne anniversaire révolution des oeillets.

Les œillets de la caserne du Carmo

En souvenir du 25 avril 1974, on met des œillets à la porte de la caserne du Carmo

A lisbonne les vendeurs de fraises et leurs œillets du 25 avril

Lorsque le temps est frais on vend des chatâignes. Mais les œillets ne font pas défaut.
dame avec œillets

œillets et tambours

Un défilé joyeux et revendicatif, au son des tambours.
œillets dans un bar á Lisbonne

La tradition du défilé des œillets et du réconfort qui suit.

Les 2,5 km de l'Avenue de la Liberté demandent de l'énergie. La pause s'impose.
récupérateur à verre street art

Le recyclage du verre  et l’art de la rue font bon ménage. La preuve par le Vidrão, le récupérateur de verre, installé dans les rues de Lisbonne. Tout rond et assez opulent, le récupérateur à verre est d’habitude d’un vert plastique banal. Et malgré son surnom de « igloo » , il n’est pas parmi les plus beaux meubles urbains connus.

Alors l’idée ingénieuse de transformer  ces sympathiques rondouillards en oeuvre d’art leur a donné une seconde vie, tout en développant le sens du recyclage. Sous l’impulsion de la GAU- Galerie d’Art Urbain de la mairie de Lisbonne, une plateforme destinée à mettre en valeur l’art de la rue (créée en 2008)

Un concours répété avec régularité permet aux artistes de proposer leurs visions du « vidrão », le récupérateur á verre. Retenue, la bonne idée est concrétisée, et les igloos à verre customisés.

Ils jalonnent les rues de Lisbonne et la proche banlieue, et on peut s’amuser à les collectionner en les photographiant.

Très appréciés des habitants, les recycleurs à verre  version street art sont respectés. Mais ils finissent par s’abîmer, après tout ils sont des objets usuels. Régulièrement, ils font l’objet de nouveaux habillages, et reprennent vie.  Sur les 400 récupérateurs à verre de la capitale, la quasi-totalité sont désormais peints.

Thématique ou non, la décoration est un must : tendre, amoureux,  poétique, provoquant ou allégorique chacun y va de son thème. En 2013, à l’occasion de la Saint Valentin, la GAU avait imposé pour la première fois un thème : les passionnés de Lisbonne. Ils ont bien résistés au temps.

La GAU organise des événements basés sur le street art et accompagne l’évolution des tendances de l’art de la rue, tout en préservant les oeuvres de qualité.

 

On aime

La bonne idée de la customisation des récupérateurs à verre. La mise sur orbite de l’art de la rue dans la capitale.

On aime moins

La  suspension de l’édition biannuelle du magazine de la GAU, exclusivement consacré à l’art de la rue, l’art dans la rue : murs dédiés, événements, invités, initiatives diverses.

https://www.facebook.com/galeriadearteurbana

recyclage customisé

Le récupérateur à verre devenu azulejo

L'azulejo traditionnel a servi de motif pour la transformation de ce "vidrão", un récupérateur à verre. Celui-ci se trouve près du métro Campo grande et est en très bon état. Pure poésie.
récupérateur á verre

Passion petite salade: déclaration d'amour à Lisbonne.

Alfacinha, surnom des habitants de Lisbonne: un récupérateur à verre déclare sa flamme à la belle capitale.

Un recyclage amoureux de lisbonne.

"J'aime Lisbonne". Que peut-on dire de plus?

Lisboa, menina e moça: une chanson hymne à la beauté de la capitale

 

 

un poumon vert à Lisbonne

Le jardin du Costume (Traje) porte également  le nom un peu énigmatique de Parc de Monteiro-Mor. Il s’agissait du garde-chasse royal, qui y avait sa résidence au début du XVIIIe siècle. Un peu plus tard, la propriété passera aux mains du Marquis de Angeja, successeur du Marquis de Pombal, le reconstructeur de Lisbonne après le tremblement de terre de 1755.

Mais plus que d’histoire, c’est de botanique qu’il est question. Car ce jardin du Traje ou du Monteiro-Mor comme on voudra, est dès le départ, un véritable joyau de l’acclimatation des espèces « exotiques ».

Et c’est le botaniste Domenico Vandelli, un italien, qui sera l’âme du parc. Il s’agit donc bien d’un jardin à l’Italienne, très en vogue au XVIIIe siècle, avec ses escaliers, ses niches, et ses « lacs ».

Un peu plus tard , ce sont des jardiniers Suisses, Rosenfelder, le bien nommé, puis Jacob Weiss qui sont chargés du jardin. Eux sont sous l’influence du jardin des Plantes… Et Weiss saura  merveilleusement  acclimater l’araucaria, qui vient du Chili.

Ah ! L’araucaria ! C’est un conifère…..et il est assez courant à Lisbonne où sa grande taille dresse de jolies flèches dans les jardins privés- hortas- les  patios ou les parcs. Celui du jardin du Traje est le premier de son espèce- (A.heterophylla). On doit le nom de cet arbre au port majestueux à une tribu de la côte chilienne, les Araucanes, décimés par les premiers « découvreurs » européens, qui les craignaient.

Leur nom survit au travers de l’espèce. Ce n’est bien sûr pas la seule qui peuple le joli jardin du Monteiro-Mor.

Le parc s’étale sur 11 hectares…le jardin proprement dit, un bois, et des terres cultivées composent le domaine traditionnel portugais.

Un poumon vert délicieux, à Lumiar, en petite banlieue de Lisbonne, accessible en métro (Station Lumiar. Ligne Jaune)

L’occasion de visiter le musée du Costume (Traje) et le musée du Théâtre  et de la Danse qui jouxtent le parc.

parc Monteiro-mor et musée du Traje

Le double 9 sert de salle de petit déjeuner à l'Hôte et se transforme en bar à cocktails le soir.ouvert jusqu'à 2h30

musée traje

Le Musée du Traje. Une très belle collection de costumes. Se visite séparément du jardin, mais un billet global permet de passer du temps dans le parc et le musée. C’est gratuit le premeir dimanche du mois.

le são Luiz théâre très bien rénové.

Le Théâtre São Luiz, au Chiado, a une programmation très actuelle. Du jazz, de la pop, des festivals de danse, de récital et de flamenco…une diversité qui va très bien à ce bel édifice, complètement rénové en 2000.

On le doit à ce que les Portugais appelle les « voyages de retour », appliqués aux descendants de Portugais installés au Brésil lorsque la cour y parti en exil, et qui sont revenus dans leur pays d’origine. Ils cherchaient à investir des fortunes colossales amassées outre atlantique. Ce fut le cas de Guilherme de Silveira, acteur et impresario, créateur du Théâtre.

Construit à la fin du XIX siècle, le théâtre est dit « à la française » : les plans en ont été confiés à l’architecte Ernest- Louis Reynaud. Il portât le nom de la reine Dona Amelia, avant de s’appeler Republica.

La visite guidée des coulisses du théâtre permet d’apprendre que le magnifique lustre de la salle de spectacle restaurée en l’état….date de 2002 ! la salle à l’origine était éclairée à la bougie et au gaz.

Ces détails et bien d’autres sont révélés au cours de la visite : la salle, la scène, les poulies et les cordages, et même la nappe d’eau dans les fondations, pour permettre une bonne acoustique lorsque tout était en bois.

Une chevauchée dans les sept étages du théâtre, pour permettre de comprendre le système des décors, avec poulies et poids, aujourd’hui entièrement mécanisé ou presque. Passage par le jardin d’hiver, aux allures de café théâtre, et par la salle du théâtre Mario Veigas. Des coulisses modernes qui  n’enlèvent  rien au charme au « petit » théâtre, très central dans le quartier chic et branché du Chiado.

Ne manquez pas d’admirer la façade est du théâtre São Luiz, avec son escalier de dentelle de fer forgé.

Visites des coulisses du Théâtre São Luiz, 1 fois par mois. Il faut réserver et venir retirer son billet 48h à l’avance.

Renseignements

Rua António Maria Cardoso, 38

1200-027 Lisboa

Telefone 213 257 650

info@teatrosaoluiz.pt

http://www.teatrosaoluiz.pt

 

décor du théâtre São Luiz

Le hall du jardin d'hiver au 1er étage du Théâtre São Luiz

La lumière naturelle contribue au charme du théâtre du XiXe siècle. Fresques murales et fenêtres travaillées contribuent à une ambaince raffinée.
lustre salle de spectacle

Un lustre qui n'existait pas à l'origine du São Luiz

Le lustre est une création contemporaine, rajoutée au cours de la rénovation du théâtre São Luiz, dans les années 2000
coulisses sãoluiz

Les coulisses du théâtre

La visite guidée du théâtre permet d'accéder aux coulisses, et de découvrir les systèmes de poids et de contrepoids pour faire monter et descendre les décors. vertigineux!
escalier de fer théâtre são luiz

Un escalier en fer forgé court sur la façade est du Théâtre São Luiz.

Sorte de décor dans le décor, la façade est du théâtre présente une étonnante coursive en fer forgé.
fer forgé pour l'escalier du São Luiz

Un escalier de secours en dentelle de fer.

Des reflets dans les miroirs, le théâre dans le théâtre une architecture moderne...au XIXe siècle.
Modalisboa collection hiver 2016

La mode a sa semaine à Lisbonne, comme dans les grandes capitales. Deux fois par an, pour l’hiver et pour l’été, on découvre les créations portugaises.

Mars 2016 est la 46e édition, et marque les 25 ans de la semaine de la Mode.

Comme pour tous les défilés de mode de la planète, seules les invitations donnent le droit d’assister  aux passerelles- passarela, en portugais pour ne pas confondre avec desfile, défilé…militaire !

Les deux semaines de Mode à Lisbonne sont très importantes pour l’activité et l’industrie créative de la capitale portugaise.

Les jeunes créateurs ont eu comme il se doit les honneurs du premier défilé, intitulé « Sangue Novo ».  Le styliste David Catalán s’est fait remarqué avec ses créations inspirées de la culture skinhead londonienne. Colorés et modernes, ses vêtements- tout à fait portables- représenteront le Portugal au Festival Fashion Clash aux Pays-Bas en Juillet prochain.

le look moderne de david catalán

Un modèle de David Catalán

Pendant trois jours débutants et consacrés, jeunes créateurs et confirmés vont montrer ce qui à leurs yeux est le meilleur du monde de la mode.

Pour tous les malchanceux qui ne disposeront pas du fameux sésame pour assister à un défilé, il est cependant possible de côtoyer  cet univers, en allant voir l’exposition  Gineceu Androceu, 20 photographies de personnalités portugaises qui ont acceptés de changer de genre en confiant le changement à11 stylistes. Les photographies sont de Telmo Pereira. L’idée n’est pas franchement neuve, mais la production est réussie. Les photographies seront vendues et 30 % de leur valeur reversés à l’association « Abraço » (lutte contre le sida).

Autre maniére de connaître la créativité portugaise, c’est de se rendre sur la place de la Mairie- praça do Municipio- á quelquesmétres du patio da Galé, ou est installé la vitrine du design : « Wonder Room ».

A noter l’association entre la styliste Alexandra Moura et les « mantas », les couvertures traditionnelles de laine de l’intérieur du Portugal. La créatrice de mode met au goût du jour la  couverture des bergers, interprétée de différentes manières selon les régions du pays.

Les couvertures sont tissées à la main à Maçainhas, Guarda.

Bijoux, chaussures, vêtements, gastronomie, accessoires complètent la vitrine de la Mode à Lisbonne.

du 11 au 13 mars 2013

Paços do Concelho  et  Pç. do Município, Lisboa

T. 21 323 6200 > 11-13 mars

Escola de Artes e ofícios de Maçainhas

271 211 750 / 966 783 803

site de modalisboa

site styliste alexandra moura

 

 

 

 

couvertures de laine nouveau design

Des couvertures de laine revisitées par Alexandra Moura

 La styliste Alexandra moura a créer des acessoires, écharpes et sacs, en réinterprétant les couvertures de ebrger traditionnelles. de sprix acessibles et un visuel original.
un show room ouvert à tous.
Le design portugais sur la place de la Mairie
Bijoux, acessoires, gastronomie, chaussures ..le talent des designers portugais peut être admiré sur la place de la amirie (Praça do Municipio)

Les coulisses de l'événement

 Sur invitation on peut assiter aux défilés de Modalisboa. Pour patienter, on admire  les colonnes et les arcades du Patio da Galé

Ananas en cuivre
La marque Absolut Elyx parraine Modalisboa

 

affiche de la fête de la francophonie

La fête de la francophonie est un évènement mondial qui se déroule en mars dans le monde entier.

Lisbonne n’échappe pas à la règle, avec une bien belle programmation, qui culminera le weekend du 19-20 mars au Jardim da Estrela (Estrela). Une fête avec des activités pour tous : ateliers, lectures, musique, expositions.

La musique sera confiée à l’artiste Bulgare Mira Zagorova, pour un récital de chant, ainsi qu’aux musiciens Bogdan Mihãilescu (guitare) et Anca Laroseviv (clavecin).

Le saxophoniste Abel zambujo et le chœur du Lycée Français compléteront l’ambiance.

On pourra goûter le thé marocain, et participez à des tombolas…

C’est aussi une programmation « éclatée », du nord au sud du Portugal, 16 villes se sont associées à l’évènement Difficile de tout passer enr evue, mais à ne pas manquer par exemple si vos pas vous mènent  à Coimbra, la nuit des Francovores, les 11 et 12 mars : une nuit blanche de cinéma, de gastronomie et de musique. Ça débutera le11 à 16h30 pour terminer par un petit-déjeuner à 8h du matin le 12.

Voir le film suisse « bouboule », écoutez le philosophe humoriste français Yves Cusset ou rencontrer l’écrivain canadien-haitien Danny Laferrière…même le jeu des 1000 euros de France inter viendra enregistrer deux programmes l’un à Porto, l’autre à Lisbonne.

Le programme complet se trouve sur le site de la Fête de la Francophonie.

Andorre, Belgique, Bulgarie, Canada, Egypte, France, Luxembourg, Maroc, Qatar, Roumanie, Suisse et Tunisie participent…sans compter un nombre important d’associations culturelles et linguistiques, d’entreprises et de bureaux diplomatiques.

http://www.fetedelafrancophonie.com