Des flamands roses, des limicoles, des aigrettes, spatules et autres chevaliers-gambettes….des éclats de couleurs dans les estuaires du Tage et du Sado. Autant d’oiseaux qui peuplent la région de Lisbonne.

La région de Sesimbra, au sud de la capitale, est une bonne étape d’observation de ces espèces et de bien d’autres oiseaux.

Premier arrêt à Lagoa Pequena- prendre le pont 25 avril, sortir a Sesimbra, puis la nationale 137 en direction de Alfarim/Meco. La lagune possède un centre d’interprétation et des postes d’observation des volatiles. Elle est désormais parfaitement signalée, et la SPEA – société d’observations et protection des oiseaux- est là pour renseigner.

En prenant son temps, en respectant le silence environnant on peut y observer de nombreuses espèces,  en fonction des saisons. Avec parfois la chance de voir l’envol d’un « garçote ». C’est un  Butor Blongios, oiseau de la famille des hérons, rare et précieux… et qui a traversé le ciel de Lisbonne-affinités.

La patience est une vertu essentielle au « bird-watching ».

Le Portugal qui avait du retard dans cet aspect touristique et de préservation de la nature fait des progrès notables. Et les aménagements se développent.

La preuve par le moulin da Mourisca. Un moulin à marée, situé sur la réserve de l’estuaire du Sado (Faralho, Setubal) Joliment restauré, le moulin est l’occasion de comprendre le délicat système écologique environnant. Et bien sûr le rôle des moulins à farine, qui fonctionnaient – et fonctionnent encore- au gré des courants (avec l’aide d’humains ingénieux).

Avec la meunerie, le sel et la pêche ont longtemps été les activités économiques dominantes. Aujourd’hui on mise sur le tourisme et la nature…l’observation des oiseaux y a toute sa place.

Et pour mieux les voir, s’en approcher à presque les toucher, une promenade sur l’estuaire s’impose. Des pêcheurs se reconvertissent, comme Carlos da Cruz, qui connait le lieu comme personne, et propose des excursions à bord de son Mirasado. Il sait parfaitement où aller pour s’approcher des flamands, des spatules et des sanderlings.

Averara

Ave-rara, ou oiseau rare, propose des balades d’observation d’oiseaux « à la carte ». Limitées à 2 ou 3 personnes, pour garantir d’excellentes conditions de promenades- eh oui, le bruit est néfaste à ce genre d’activité !- , Averara s’adapte aux souhaits des amateurs.

Dans la région de Lisbonne, sur le Tage ou le sado, et au-delà, Pierre Guibert fait partager sa passion. Ce photographe professionnel connait toutes les espèces, adapte les promenades aux souhaits des clients, entre simples amateurs et ornithologues spécialisés. Patience et bonne connaissance du terrain garantissent un bon niveau d’observation.

 

L’oiseau rare le devient un peu moins !

 

Quelques infos pratiques

  • Moulin de marée de Mourisca (Herdade da Mourisca):

http://www.visitsetubal.com.pt/moinho-de-mare-da-mourisca/

  • Centre d’interp´etation de lagoa pequena

http://www.cm-sesimbra-pt/lagoapequena

  • Mirasado

miradsado@outlook.pt   (351) 962 726 214

-Averara . Pierre Guibert (351) 965 125 091

www.facebook.com/averara.photo

 

Moulin de marée de Mourisca, Sesimbra

L'observation d'oiseau avec Averara

Paysage de la Lagoa Pequena

Excusrsion à bord du Mirasado

Garçote, un butor biongos, oiseau rare et protégé  @pierreguibert