Goût de France/Good France depuis 5 ans fait connaitre la gastronomie française dans le monde entier. Invitée 2019, la Provence. Des dizaines de restaurants portugais vont mijoter à la française. Du beau et du bon.

art urbain/street art Lisbonne

Le quartier Padre cruz dans la banlieue de Lisbonne est valorisé par 100 murs peints. L’art urbain,le street art, se visite. Dépaysement garanti, et découverte d’un autre univers.

tram touristique rouge de Lisbonne

Le tram rouge à Lisbonne ets une bonne manière de visiter le centr eville. Le billet de 24 h permet d emonter et descendre à sa guise pour profiter des meilleurs endroits à voir

Pour quitter l’aéroport de Lisbonne, le plus facile est de prendre le métro. La station est accessible depuis le hall d’arrivée. Très pratique. La ligne rouge dessert tout le réseau métropolitain.

La découverte d’un pavillon Art Déco en plein coeur de Lisbonne. Une promenade dans le Parc Eduard VII s’impose

noël à Lisbonne

Noël brille de mille feux à Lisbonne et dans tout le Portugal. Sapins et guirlandes enjolivent la capitale. Se promener sous leurs scintillements est une magie.

donjon deu château de Sabugal

Châteaux de l’est du Portugal : un voyage de cape et d’épée dans une région de granit où les légendes courent jusqu’à l’horizon.

La vallée du Côa jouxte la frontière avec le puissant voisin espagnol. Il fut longtemps tenté d’annexer le Portugal, d’où la construction des châteaux, véritables places fortes pour empêcher l’invasion ennemie.

Il faut grimper sur les créneaux des murailles de ces châteaux médiévaux, laisser le vent murmurer l’histoire des forteresses, entendre le hennissement des chevaux, la rumeur folle de l’arrivée de l’ennemi, et imaginer la précipitation des villageois pour se mettre à l’abri.

Sabugal, Penamacor, Pinhel, Trancoso, Marialva , Almeida sont aujourd’hui des bourgades ou des petites villes bien pacifiques. Elles s’emploient à conserver leur patrimoine, et à le faire connaitre. Cette région du val du Côa est désenclavée, et il ne faut que 3 heures de route depuis Lisbonne pour voir se dresser la Tour de vigie du château de Penamacor . Ensuite, Sabugal et Pinhel sont les deux autres châteaux de notre route. Elle se compose d’histoire bien sûr, mais aussi d’haltes réconfortantes dans des paysages encore protégés, et où l’hospitalité  des habitants n’est pas du tout une légende.

Lisbonne-affinités a voyagé à l’invitation de  Territórios do Côa- Association de développement régional.

 

Penamacor

Le village est relativement modeste, c’est vrai. Ses maisons blanches aux toiles en tuiles  romaines semblent se serrer au pied de la muraille qui encercle le château, dominé par sa Torre de menagem, son donjon imposant. Avant de franchir l’arc de pierre dans la muraille d’enceinte, un pilori en très bon état a gardé ses anneaux en fer à la forme de tête de dragon. Le temps de rappeler qu’ici le roi rendait justice par la main de ses vassaux.

La place forte , comme la plupart des châteaux, est construite sur  un promontoire de 573 mètres qui renforce la sensation de puissance qui s’en dégage. Elle fut reprise aux Arabes par Dom Sanches Ier, mais sa configuration actuelle est le résultat de nombreux changements au cours des siècles.

L’ancienne place forte domine la plaine ondulée qui la sépare de  l’Espagne. Et son rôle de défense est évident. Elle  fut érgiée en 1199, et ses murailles peu à peu renforcées. Le donjon, souvent qualifié de tour de vigie, est  impressionnant. Il date du début du XVIe siècle.

Penamacor fut le lieu d’une célèbre usurpation d’identité, celle du roi Sébastien, le jeune roi mort à la bataille de Alcacer Quibir en 1578. Un individu, aidé de complices, se fit passé à partir de 1584 pour le jeune roi disparu, se faisant grassement entretenir par la population trop crédule. Les autorités finiront par mettre fin à la supercherie, et les usurpateurs condamnés aux galères et à la peine de mort.

Route des châteaux vallée du Côa

Penamacor, un château digne des romans de cape et d'épée

Penamacor, le village

Un charmant village, Penamacor qui s'abrite derrière les remparts du château médiéval

Le pilori du château de Penamacor

Le pilori et ses anneaux en forme de dragons

Les condamnés y étaient enferrés pour servir de leçon aux passants.
Place forte défensive: le château de Penamacor

Paysage de Penamacor.

Sur la route des châteaux, le regard porte loin, vers l'espagne, l'ancien ennemi.
La route des châteaux dans la valléedu Côa

L'église de la Miséricorde.

Elle date du XIVe siécle et son portail sculpté tranche sur sa simplicité.

Une halte dans la région :

A une dizaine de kilomètres de Penamacor, le Moulin de Maneio, un ensemble de petites maisons restaurées autour d’un vieux moulin à eau, sur la rivière Bazaguéda est une invitation à la détente. En pleine nature, au bord de l’eau, l’endroit a un charme fou. Restauré en maintenant le caractère rural du lieu, le Moinho do Maneio frappe par la simplicité et la chaleur de son accueil. Les propriétaires y tiennent : ici on privilégie le calme et la tranquillité.

Le moulin comprend 5 petites maisons, et une bulle à l’écart si on veut profiter des nuits étoilées.

Canoë, promenades, raki, baignades -le domaine possède une piscine- où simplement paresser, il n’y a que l’embarras du choix.

Les prix varient entre 80  et  100 euros (bulle) par nuit pour 2 personnes. Ils comprennent le petit déjeuner qui privilégie les produits locaux.

Le Moinho do Maneio est un projet familial de retour aux origines, qui comprend aussi un investissement agricole, dans la production de fruits rouges.

http://moinhodomaneio.pt/

Sabugal

Elle n’avait que 12 ans. Et son destin est à jamais associé à  l’histoire portugaise. Isabel d’Aragon, princesse espagnole et sicilienne, fut mariée au Roi Dom Dinis en 1282.  Rapidement délaissée par son mari volage, Isabel se tourna vers la religion et la charité. Dès que le roi partait à la chasse, elle se rendait au village pour distribuer du pain aux pauvres et aux nécessiteux. Un jour le roi Dinis l’a surpris et lui demanda ce qu’elle dissimulait dans les pans de sa robe. « Ce sont des roses Monseigneur » répondit Dame Isabel. Effectivement, le pain s’était transformé en un bouquet de fleurs. Ainsi naquit la légende des roses, et la réputation de la Reine Sainte Isabel, qui fut ensuite réellement canonisée.

Une légende que les Portugais affectionnent particulièrement. Le château de Sabugal fut la résidence du roi Dom Dinis et de la reine Isabel.

L’imposante forteresse est très bien conservée et restaurée. Elle est dominée par un puissant donjon pentagonal, une forme étonnante pour le lieu et l’époque. Sabugal fut à ses origines sous domination espagnole. Le château défendait donc sa position contre…les Portugais. Puis le royaume de Léon en fut expulsé et Sabugal -prononcez Sa-bou-gal-, depuis surveille la ligne d’horizon vers l’Espagne.

Donjon du château de Sabugal

Un magnifique donjon, celui du château de Sabugal dans le soir flamboyant

Sabugal château médiéval

Sur la place du château de Sabugal, le musée de la mémoire juive

L'Histoire a marqué la région de la Beira où se trouve Sabugal
Sabugal au Portugal

Sabugal, l'icône des châteaux du Côa

Sabugal et la légende des roses

Isabel d'Aragon, lLa reine sainte, a vécu à Sabugal

Délaissée par son époux le roi Dom Dinis, la reine se consacra à la charité.
Château de Sabugal

Les chevaux ne sont plus utilisés, d'autres montures attendent près du château de Sabugal

À proximité du château, ne manquez pas le musée consacré à la mémoire judaïque. Toute la région des Beira fut lieu de refuge pour les juifs expulsés d’Espagne. Ils y restèrent bien après l’édit portugais qui les expulsât à son tour.  Le musée montre un petit documentaire qui raconte cete histoire,et  au passage tord le cou à quelques pseudos  vérités notamment archéologiques.

http://www.redejudiariasportugal.com/index.php/pt/cidades/sabugal

Délicieux Sabugal ! Une icône de notre voyage de cape et d’épée.

 

Restaurant

Dans la région, la halte gastronomique qui s’impose est celle du restaurant Casa da Esquila ( Maison de l’écureuil).

Il faut se rendre au hameau de Casteleiro, pour dénicher le restaurant de Rui Pedro Cerveira. Le détour vaut vraiment ces quelques kilomètres supplémentaires depuis Sabugal. Le chef Rui pedro y prépare des mets savoureux, inspirés de l’histoire de sa région. Comme par exemple la contrebande, si fréquente autrefois avec l’Espagne, dont la frontière est proche. Ainsi on peut déguster un « carabinier », gendarme qui par le passé surveillait les contrebandiers, et qui est aussi le nom d’une grosse crevette. Ou encore une cuisine  inspirée des sorcières si puissantes dans la région…

Menu gourmet, menu traditionnel, suggestions du jour… le chef Pedro propose différents choix. C’est l’occasion de déguster des plats typiques de la région, la morue confite, le steak épais servi avec des « migas » (miettes) aux champignons (nous eûmes la chance de croiser des cèpes !) ou de la panse de  cochon de lait.

Au quotidien, les repas de midi offrent des formules plus simples. Et les prix sont doux, doux, doux. L’accueil et le service tout autant.

Notre coup de cœur pour les belles noisettes de l’écureuil.

Pinhel

La dernière étape de  notre première partie de périple  sur la route des châteaux nous amène à Pinhel. Prononcez « Pignel ». Là encore, un château fort âprement disputé à la cour de Léon.  Un traité, Alcanizes, attribua définitivement Pinhel aux Portugais. Il fait partie de cette chaîne de places fortes qui font face à la frontière Espagnole. Le château qui a la particularité de conserver le village médiéval à l’intérieur des remparts domine la ville plus récente, située à 200 mètres au dessus du niveau de la mer, alors que la forteresse est à 600 mètres. Parcourir les ruelles qui grimpent jusqu’à la citadelle constitue un vrai retour vers le passé. C’est à peine si on n’y entend pas le cliquetis des armes, ou les sabots des chevaux sur les rues pavées. D’ailleurs c’est encore possible, lors de la fête médiévale de trois jours qui se déroule chaque année au début du mois de juin. Les habitants endossent le rôle de princes et princesses, de chevaliers et de fauconniers, d’hommes d’armes ou du clergé.

Très appréciée, la foire médiévale est l’une des plus importantes des différents châteaux de la région. Elle se termine par un banquet «  d’époque » qui réunit toute la ville qui suit en cortège l’Alcaide, c’est à dire le maire. Un esprit moyennâgeux qui ne dure que le temps de la reconstitution de la vie dans les châteaux.

Réservez longtemps à l’avance.

Pinhel village et château

Pinhel, un village médiéval

Château de Pinhel

Du château de Pinhel on surveillait l'espagnol

Pinhel ville médiévale

Pinhel, la ville faucon

L'oiseau dans l'arbre symbolise la ville
Pinhel foire médiévale en juin

Amours courtois pour la fête médiévale en juin à Pinhel

temps moyennâgeux à Pinhel

Facétieux, les habitants de Pinhel se prêtent au jeu pour la foire médiévale en juin

déguisement médiéval pour la foire de Pinhel

Portrait tout droit sorti d'une miniature médiévale

l  sjeunes filles jouent les princesses à Pinhel

En juin, Pinhel se remplit de jeunes princesses rêveuses.

C'est la foire médiévale.
foire médiévale de Pinhel

Et bien sûr tout finit par un banquet...

Repas médiéval dans le château de Pinhel le derneir jour  de la foire  en juin de chaque année

Restaurant

Une bonne adresse à Pinhel : le restaurant Entre Portas. Très bien situé dans le centre de la ville, le restaurant offre une cuisine de ménage revisitée fusion, bien dans l’air du temps. Un menu peut aussi bien présenter en entrée des bruschettas au chèvre que des joues de porc accompagnées d’écrasée de fèves. (bochechas de porco com migas de favas), l’un comme l’autre, succulents.

L’occasion aussi de déguster quelques vins régionaux , ceux de la vallée du Côa et de la région  Beira

L’Entre Portas est aussi un bel exemple d’architecture intérieure, qui a su conserver le granit et le bois de l’édifice original, en donnant une touche de modernité à cet espace possédant un bar au rez-de chaussée, le restaurant étant à l’étage. L’ensemble sobre et fonctionnel dégage une atmosphère apaisante.

Notre coup de cœur à Pinhel

https://pt-pt.facebook.com/Entre-Portas-961121903971474/

https://pt-pt.facebook.com/Entre-Portas-961121903971474/

bele architecture du restaurant Entre Portas à Pinhel

Restaurant Entre Portas à Pinhel

 

Ne quittez pas Pinhel sans un détour par le musée municipal. Doté d’une muséologie bien pensée, l’espace permet de connaitre le riche passé de la place forte que fut Pinhel. De l’époque romaine en passant par les guerres napoléoniennes, un voyage bien expliqué, plaisant, sans surcharge. Une  mise en scène efficace. A noter l’espace dédié aux gravures rupestres de la vallée du Côa, du lieu dit Cidadelhe. Le témoignage de la présence des humains dès la préhistoire. Plus de 1000 gravures ont été répertoriées le long du Côa (sur 30 km) et du Douro (sur 15 km).

contactos:
Tel.: 271 410 000 | 962 253 601
museu@cm-pinhel.pt

www.cm-pinhel.pt

 

musée Pinhel

Art sacré, Musée Munucipal de Pinhel

Pinhel est l’une des portes d’entrée du  parc de la Vallée du Côa. Ne manquez pas de vous rendre au musée, non loin de la petite ville de Vila Nova de Foz Côa. C’est au musée que l’on s’inscrit pour participer à une visite des pierres gravées, absolument fascinantes. Là encore s’organiser à l’avance, le nombre de visites pour admirer les  gravures est limité.

www.arte-coa.pt

Toutes les informations concernant le musée et les visites thématiques sont disponibles aussi en anglais.  Pinhel est à 50 km de Vila Nova de Foz côa.

 

Gravures psléolithiques du Côa

symbole du parc Archéologique de la Valée du Côa

Fair eun pastel de nata

Pastel de nata, le petit gâteau emblème !

Si fondant, si craquant. Une bouchée de plaisir associée à Lisbonne.

On les aime tant. Pourquoi ne pas apprendre à les faire soi-même avec l’un des meilleurs pâtissiers de Lisbonne ?

Car si le pastel de nata se trouve désormais partout dans la capitale d’où il est originaire, et même dans tout le Portugal, il est parfois victime de son succès.  Trop ceci, pas assez cela…souvent un peu trop cher

Pour un bon pastel de nata, la qualité artisanale doit primer, avec une  garantie de fraicheur des ingrédients , ce qui permettra de prolonger la longévité du gâteau, et donc sa consommation. Un vrai pastel bien fait est encore très bon 24 ou 36 heures après sa confection .Or ce n’est pas toujours le cas.

À la pâtisserie Batalha située place de Camoens au Chiado (trés exactement Rua da Horta Seca)  on garantit cette fraicheur pour ce mélange incomparable du croquant et du moelleux, le truc de ce petit gâteau pour nous faire chavirer de plaisir.

Batalha c’est une famille de pâtissiers et le secret des gâteaux réussis tranmis de génération en génération, jusqu’à celle de João Batalha,  5e génération à mettre la main à la pâte. João, 27ans,  avoue  avec malice « être tombé dedans quand il était petit ».

João Batalha, qui est aussi formé en gestion, est  passionné par son  travail de pâtissier. Il a décidé d’animer des ateliers de confection consacrés au pastel de nata, en partenariat avec Zara Quiroga, bloggeuse spécialisée en cuisine. Il propose désormais le  samedi des ateliers qui permettent d’apprendre à confectionner le délicieux petit gâteau de pâte feuilletée au cœur de crème qui ,pour être bien réalisé, doit respecter les bonnes doses, la bonne température de cuisson et utiliser des produits de qualité.

Médaille de bronze

Médaille de bronze 2018 pour le pastel de nata de João Batalha

João, jovial et dynamique,   a souvent des anecdotes à raconter pour pimenter ce genre d’activité.Il fournit les astuces qui permettent aux néophytes de ne pas rater l’exécution. Et on repart avec la recette bien sûr.

La pâte feuilletée  du pastel de nata est prête d’avance : c’est un long et délicat processus qui demanderait beaucoup trop de travail et de temps aux participants.

A la fin de l’atelier, chacun peut déguster 3 pasteis que João propose avec une ginja servie dans un verre en chocolat, car il estime que ce sont des saveurs qui se marient bien. De plus la Ginja se fait dans la région d’origine de la famille Batalha : le pays « saloio », le pays campagnard (région de Mafra/leiria).

Les ateliers ont lieu le samedi de 17h à 19h. En anglais ; éventuellement en français. Sur demande, et pour des groupes, l’atelier peut avoir lieu en semaine , en anglais, français, espagnol, et portugais.

Prix 40 euros/personne

Pour les détails et s’inscrire: https://www.pasteldenataworkshop.com/

Le blog de Zara Quiroga https://www.facebook.com/lisbonfoodguide/shop

Pour en savoir plus sur la pâtisserie Batalha https://pastelariabatalha.com/

Lisbonne pâtisserie

Apprendre à faire soi-même le pastel de nata, le plaisir avant le plaisir gourmand.

pastel de nata le gâteau de lisbonne

Les dosages, le mélange, la cuisson tout est parfaitement expliqué.

On repart avec la recette, qui peut se faire à partir de pâte feuilletée du commerce
pour déguster ou apprendre á faire des pasteis de nata

La pâtisserie Batalha est située place de camoens (Rua da Horta seca). On y organsie des ateliers.

Un lieu calme pour déguster un pastel de nata ou un pastel de feijão
apprendre à faire un pastel de nata

Le pâtissier João Batalha supervise l'atelier pour apprendre à faire un pastel.

La recette n'est pas difficile mais elle requiert concentration
pastel denata pâtisserie Batalha à Lisbonne

Des moules spécifiques pour un petit gâteau délicat.

Savoir les remplir correctement en réalisant des bords suffisemment hauts pour retenir la crème est l'un des trucs enseignés.
confection d'un pastel de nata

L'art du pastel selon le maitre pâtissier João Batalha.

pastel de natal à l'atelier de João Batalha à Lisbonne

Les apprentis de l'ateleir ne s'en sortent pas trop mal!

la dégustation est l'autre temps fort.

 

 

 

 

 

Guide bleu sur le Portugal, pour tout savoir sur cette destination si appréciée des touristes.

Un guide complet, détaillé, n’hésitant pas à nous emmener explorer des sentiers inconnus, et mettant en valeur le patrimoine et la culture. Une longue présentation abordant aussi bien la gastronomie que les arts, la littérature, les fêtes et les divertissements. Voyager et se cultiver, changer d’horizons à tous les points de vue, c’est l’objectif de ce guide.

Le Guide Bleu est abondamment ilustré, proposant de nombreuses cartes et ême les plans détaillés des édifices et monuments principaux. Un ouvrage de référence, truffé de renvois amusants, ou de références historiques pour tous ceux qui désirent visiter un pays en approfondissant ses connaissances.

Le Guide Bleu Portugal édition 2018 comprend un chapitre « Portugal aujourd’hui » qui brosse un portrait sans complaisance de la réalité économique et sociale du pays. Il a été rédigé par marie-line darcy, auteure du site www.lisbonne-affinités.com

http://www.lisbonne-affinités.com

http://www.guides-hachette.fr/guides-bleus

GB_Portugal-AUJ

le Portugal aujourd’hui par marie-line darcy guide bleu hachette Portugal

Editions Hachette

 

Lisbonne en VO. Un guide original

L’éditeur Atlande propose pour sa part un guide Lisbonne en VO. A partir de mots-clefs associés à la capitale portugaise, dont certains sont évidents et d’autres beaucoup moins, les auteures présentent dans ce guide  un texte descriptif, suivi d’un texte littéraire en version originale , et la version traduite en français. Un long travail de compilations qui permet une approche différente de la capitale. Des mots-clefs pour se promener en regardant autrement ce qui est donné à voir.  Ce guide est une manière originale de visiter la capitale, en picorant des mots-clefs : Escadas (escaliers),  Elevador (funiculaire) ou Cravos (oeillets)….. et d’autres tout aussi savoureux.

Lisbonne en VO fait partie d’une collection comprenant Berlin, New-york, Rome et d’autres villes en projet.

AAA_0115 copie

Lisbonne en VO aux Éditions Atlande, Gabrielle Yriarte et Lavinia Moreira.

https://www.atlande.eu/70-villes-en-vo

 

 

jacaranda Lisbonne

Jacaranda. À la fin du printemps Lisbonne se recouvre d’une exubérante parure tout en nuances de mauve et de bleu violet.

Cette explosion de couleur se doit aux jacarandas qui fleurissent en mai-juin. Et l’on croirait la ville couverte d’une peinture un rien psychédélique.

A Lisbonne c’est une fierté : c’est il est vrai la seule capitale à être ombragée par ces couverts azur.

Le jacaranda est l’une des nombreuses espèces d’arbres que les Portugais ont su acclimater après leurs voyages de découvertes maritimes.   Il faut dire que les Portugais qui avaient introduit de nombreuses espèces inconnues, venues du Brésil, de l’Inde, d’Afrique avaient vu leur enthousiasme botanique freiné par l’Inquisition qui décréta que cet art était satanique.

Heureusement, en 1768, le jardin botanqiue d’Ajuda  (Belém) permettra au Portugal de rejoindre les pays occidentaux mettant en valeur la science et la beauté des plantes.  Et c’est là justement, dans ce délicieux jardin excentré, et dont on commémore les 200 ans, que fut planté le premeir jacaranda lisboète, grâce à Félix de Avelar Brotero

Les indigènes, les tupi-garanis, l’appelaient « le parfumé » (jacaranda) quand il était en fleur, et « applaudissement de singes » quand ses fruits claquaient au vent comme des castagnettes.

L’arbre n’a pas grand intérêt aux yeux des commerçants navigateurs, ni pour la charpente de marine, ni pour son essence dont on ne peut tirer aucun parfum.  Il sera utilisé pour manufacturer de petits objets en bois utiles à la navigation, et se verra traiter de « faux pallisandre ». Pourtant il deviendra plus tard la belle parure que l’on peut admirer dans les rues de Lisbonne.

Une féérie qui marque le passage à l’été.

On trouve des jacarandas un peu partout dans Lisbonne, plutôt sur les artères dégagées. L’arbre a besoin d’espace pour étaler sa frondaison, car il n’est jamais très haut.

Il a la particularité de faire des fleurs avant des feuilles, qui ressemblent à celles du mimosa, d’où son nom de jacaranda mimosifolia.

Le jacaranda est l’un des rares arbres au monde à se dire de la même manière partout.

Dans son habitat naturel au Brésil, en Argentine et en Bolivie il est menacé.

De quoi admirer d’autant plus le bel arbre, ce jacaranda mystérieux, et son ombre bleutée dans les rues de la capitale. A voir sur  Av Dom Carlos, rue Castilho, Rue Almirante Barroso, au jardin Botto Machado à Santa Clara …et dans de nombreux endroits.

Pour en savoir plus sur les découvertes et les plantes , et sur l’histoire du Portugal,  Lisbonne-affinités vous recommande les livres de l’écrivain Olivier Ikor Caravelles, le siècle d’or des navigateurs portugais, éditons Lattès, 2010,   La Fabuleuse odyssée des plantes, Lattès,  2003,  avec Lucile Allorge.

et pour en savoir plus consulte rl’article consacré aux jacarandas dans Geo spécial arbres.

https://www.geo.fr/en-kiosque/le-fabuleux-spectacle-des-arbres-dans-le-nouveau-numero-de-geo-collection-176272

jacaranda en fleur Lisbonne
 
jacaranda à Lisbonne
 
le chatoiement des couleurs de Lisbonne
 
le bleu mauve du jacaranda
 
Lisbonne et ses jacarandas
 
jacaranda à Lisbonne