Cerdeira une ferme ancienne modernisée

La montagne d’Estrela dans le massif central portugais, se couvre de neige en hiver…et sa petite station de ski fait le bonheur des amateurs du sport. Bien sûr, rien de comparable avec les grandes stations accessibles depuis le Portugal, les Pyrénéennes au nord (France/Espagne) ou la Serra Nevada au sud (Espagne). Mais la Serra de Estrela, plus haut sommet du Portugal continental – dans la réalité c’est le Pico, sur l’île de Pico aux Açores,  qui détient le record- propose un décor superbe. S’y promener, hiver comme été,  est la garantie de prendre un bon bol d’air, et de faire des balades revigorantes.

Il faut suivre la route sinueuse qui grimpe jusqu’à Manteigas, et traverse l’ancienne vallée glaciaire, pour ressentir toute la puissance de la Serra d’ Estrela

La Serra d’ Estrela et ses vallées offrent de multiples possibilités de se divertir, que l’on soit amoureux de paysages ou désireux de se reposer au grand air.

Versant ouest, se trouve Seia, petite ville connue pour son festival de cinéma consacré à l’environnement : CineEco qui se déroule en 2018 du 13 au 20 0ctobre.

Lisbonne-affinités y recommande un logement en tourisme rural (catégorie patentée) :  la Quinta da Cerdeira.

La Quinta- ou domaine- est composée d’un corps de bâtiment en pierre reconstruit à l’identique de la ferme ancienne qui s’y trouvait auparavant. Un architecte a permis d’agrandir l’habitation qui dispose désormais de six chambres doubles, toutes équipées de salle de bains privées. Des chambres confortables, au décor épuré, sans extravagance tape-à l’œil.

Les pièces communes autour de la cheminée sont très agréables, et le bâtiment est équipé d’internet.

La Quinta da Cerdeira propose à la commande des repas servis sur la grande table du séjour, pour six personnes minimum. Un menu copieux,  composé de recettes traditionnelles confectionnées avec les produits régionaux. Une bonne option bien pratique pour profiter pleinement du cadre enchanteur, alors que le hameau de Maceira où se trouve le domaine est à 6 km du centre de Seia.

Au  petit déjeuner inclus dans le prix de la nuitée, Elio le propriétaire, vous servira entre autre du fromage élaboré sur le domaine. La bergerie est située tout près et prendre part à la fabrication du fromage est l’un des projets élaborés par Elio pour animer la ferme.

Les bus de Rede Expresso desservent la petite ville de Seia. Les taxis peuvent vous emmenner à la Quinta, ou bien, lee propriétaire peut venir vous chercher (sur commande). Elio qui connait très bien la région organise aussi des tours à la carte et des visites dans la région. La simplicité, la gentillesse et l’hospitalité sont des valeurs privilégiées à la Cerdeira.

Prix de la nuit pour deux personnes petit déjeuner inclus : 75 €

Deux nuits : 125 €. Le repas: 25 € par personne tout compris.

Contact :

Tél: 351 238 390 017
portable: +351 919 439 745  quintadacerdeira@gmail.com

http://www.quintadacerdeira.pt/

tourisme rural Seia

Une des six chambres de la Quinta da Cerdeira.

Simple et de bon goût, le confort y est total.
chambre double

Des lits moelleux et un environnement reposant

simple et complète, la salle de bains aux tons joyeux.

Les chambres de la Quinta da Cerdeira sont bien équipées

le dîner est servi dans la salle commune

Des repas pantagruéliques sont servis à la demande et pour six personnes


L'occasion de goûter aux spécialités locales, sans avoir à ressortir: un vrai plus de ce logement touristique
dessert gourmand. Quinta da Cerdeira

Crème brûlée...parfaitement réussie: un must

au pied de la Serra d'Estrelaa

Une ferme bien aménagée où il fait bon se détendre au milieu des prairies et des forêts.

tourisme rural ferme de la Cerdeira

La petite maison dans la vallée.

à goûter absolument le fromage de la Serra.

Les brebis qui paissent sur le domaine donnent un lait délicieux pour un fromage au caractère bien trempé.

Bâteau Moliceiro sur la Ria d'aveiro

Pour la 3e étape du Voyage au centre du Portugal, retour vers l’Océan- jamais bien loin il est vrai au Portugal. C’est à Aveiro et Ilhavo que se cachent de belles surprises.  Lagunes, architecture, céramique de réputation internationale, des haltes réconfortantes et reconstituantes : un centre nord qui vaut le détour.

Avec la complicité de Simply B, une agence de voyage qui propose un parcours dans la région centre à la carte, et qui ne manque pas de surprises.

http://www.simplyb.pt/

https://www.facebook.com/simplyb.pt/

 

Costa Nova

Costa Nova, ce sont des rayures et des couleurs. Celles qui recouvrent les maisons de pêcheurs, qui parfois leurs appartiennent encore. En façade sur la Ria (lagune) d’Aveiro, le village de Costa Nova près d’Ilhavo/Aveiro est né avec l’ouverture de la barre de la lagune en 1808. Une ouverture maritime qui a permis aux pêcheurs de s’installer sur la ria de Aveiro, et de rejoindre rapidement l’océan. Les maisons, les palheiros, étaient à l’origine des entrepôts et des hangars pour ranger le matériel et stocker le sel, l’une des richesses de la lagune, domestiquée en partie par des salines. Aujourd’hui, ces hangars sont des maisons coquètes, qui constituent un ensemble architectural très intéressant et coloré.

Costa Nova devenue station balnéaire, possède encore un marché aux poissons bien fourni : la mer est si proche. On peut y acquérir en saison l’une des spécialités locales : les anguilles.

http://www.cm-ilhavo.pt/

lagune d'Aveiro

Le paysage de la Ria d'Aveiro

maison typique de Costa Nova près d'Aveiro

Les Palheiros, les anciennes maisons de pêcheurs sont la fierté de Costa Nova

Rayées bleues, jaunes, vertes ou rouges les pimpantes maisons de pêcheurs de Costa Nova sont d'anciens hangars.

Costa Nova au Portugal

Un détail charmant sur la façade d'une maison de pêcheur de Costa Nova.

Marché aux poissons de Costa Nova

Un étal au marché de poissons de Costa Nova, très réputé.

Anguilles

En saison des anguilles de la lagune d'Aveiro au marché aux poissons de Costa Nova

Costa Nova station balnéaire prisée

Détail.Palheiro (maison de pêcheur) de Costa Nova sur la Ria d'Aveiro.

Ilhavo

Avant de quitter la côte , un détour s’impose par Gafanha da  Vagueira, pour une halte gastronomique et réconfortante, au « Mare ». Son nom dit tout : les produits sont pêchés là juste devant, enfin non loin.

Ne pas goûter à la caldeirada du Mare serait une hérésie. La caldeirada est une sorte de bouillabaisse, du moins ce plat suit le même principe : des morceaux de poissons, pas forcement les plus nobles, mais qui parce qu’ils sont marinés puis cuits comme un pot au feu vont donner toute la subtilité au plat. Vin blanc, tomates, poivrons, oignons, ail et huile d’olive subliment le tout.

Au restaurant Mare, les portions sont généreuses, les plats du jour bien pensés, et la viande n’y est pas un ennemi.

caldeirada ou bouillabaisse

restaurant Mare à Ilhavo

https://www.facebook.com/mareginbar/

Après cette délicieuse halte, et requinqués après une balade sur la plage, direction Ilhavo.

Depuis Costa Nova il faut compter  vingt minutes de voiture, un court trajet pour enjamber la Ria de Aveiro, puis le Rio Boco. Ilhavo est connu, entre autres, pour son lien avec la céramique et la porcelaine. La maison  Vista Alegre , l’un des groupes les plus importants de la céramique décorative en Europe, y est née.

Aujourd’hui on peut visiter le musée de Vista Alegre, qui jouxte la fabrique toujours en activité.

Les bâtiments du domaine de Vista Alegre ont été construits au début du XIXe siècle. Les propriétaires avaient acheté la chapelle qui date, elle, du  XVIIe siècle.

Les anciens fours, les ateliers de peinture, les objets de décoration, les collections art déco ou contemporaines permettent de comprendre l’importance de l’usine. Un quartier, le hameau de Vista Alegre, destiné aux ouvriers peut également être visité.

L’ensemble a été restauré entre 2014 et 2016 et adapté aux conditions modernes de visite. A noter la très jolie boutique qui permet d’acquérir l’une ou l’autre pièce maitresse des collections Vista Alegre.

Le complexe Vista Alegre est complété par un Hôtel cinq étoiles

Son raffinement est une prolongation des délicates porcelaines de la célèbre marque. Mais sa modernité est suffisamment discrète pour ne pas heurter l’architecture de l’ancienne fabrique. Le hall du Vista Alegre Hôtel permet d’ailleurs de voir d’anciennes murailles et une vieille fontaine qui ornaient l’endroit, grâce à des parois en verre.

L’hôtel Vista Alegre est truffé de pièces de vaisselle ou de décoration, blanches, en sculptures audacieuses, ou en élément de signalétique. Des clins d’œil originaux qui rappellent sans cesse le lien avec le label de porcelaine.

C’est un 5 * qui ne démérite pas de son classement (groupe Montebelo) : accueil plus que cordial, chambres spacieuses, disposant, fait rare donc notable, d’une longue table pour pouvoir poser toutes ses affaires, et notamment les ordinateurs (bonne quantité de prises électriques qui n’obligent pas à des contorsions d’acrobate !). Un mobilier en bois aux lignes épurées.

Piscines (extérieure et intérieure), spa, salle de gym…. Un très bon niveau d’hôtellerie.

L’Hôtel jouxte le complexe muséologique.

https://vistaalegre.com/pt/t/vaa_HotelVistaAlegre_Hotel-1

Vista Alegre porcelaine

Le musée Vista Alegre de Ilhavo.

L' usine de porcelaine du groupe produit toujours
Musée de la porcelaine du groupe Vista Alegre

L'élégance des porcelaines Vista Alegre

Ilhavo et son musée d ela porcelaine- Vista Alegre

Du cristal pour un raffinement exquis.

Vista Alegre

Des oeuvres d'art exposées dans le musée Vista Alegre d'Ilhavo

décoration moderne pour les salons de l'hôtel Vista Alegre

L'hôtel Vista Alegre qui jouxte le musée de la marque offre le confort raffiné d'un 5 étoiles.

La porcelaine et la céramique sont omniprésentes pour un décor original
hôtel vista alegre à Ilhavo

Chambres spacieuses, au décor discret, mobilier en bois et tons chaleureux.

La porcelaine Vista Alegre est partout à l'hôtel

Même les nº des chambres sont en porcelaine.

Vista Alegre hôtel 5 étoiles

Hall du Vista Alegre hôtel

On joue à plein la carte  de la porcelaine. Les hôtes évitent de courir en tous sens.
Chapelle Notre dame de Penha da França à Ilhavo

Dans la chapelle du XVIIe siècle qui jouxte le musée Vista Alegre,  de magnifiques azulejos

La signature de l'auteur des azulejos se cache dans le décor. Saurez-vous la trouver?
Vista Alegre hôtel

Un magnifique escalier relie l'hôtel Vista Alegre au musée de la porcelaine.

Aveiro

On lui attribue le surnom de Venise du Portugal : à part les canaux, la comparaison s’arrête là, et d’ailleurs ces canaux n’ont pas grand-chose à voir avec les voies liquides de la Serenissima.

Construite sur la lagune, la Ria, la ville d’Aveiro ne manque pas de charme, avec ses maisons art déco, et surtout ses fiers moliceros.

Ces bâteaux typiques servaient à l’origine au transport des algues que les mariniers, les moliceiros, allaient chercher sur la lagune. D’autres barques servaient elles au transport du sel, l’une des grandes activités économiques de la région.

Se promener à bord d’un moliceiro nonchalant est une expérience reposante.

Aveiro où il fait bon déambuler réserve bien d’autres surprises. Parmi celles-ci, l’Université. Le campus est composé de bâtiments construits par quelques-uns des architectes Portugais  les plus notables , à la réputation internationale.

Bibliothèque, campus, département de céramique,  parc technologique… des dizaines d’édifices remarquables et fonctionnels, qui constituent un concentré du génie architectural de l’école portugaise.

Une sorte de musée à l’air libre, mais dans lequel on travaille et on étudie.

Le campus construit comme une petite ville a le mérite supplémentaire d’être bordé par les salines. A une courte distance du centre d’Aveiro, ont peut également utiliser le système Buga – bicyclettes gratuites- pour s’y rendre.

N’oubliez pas de vous munir d’ovos molos, des œufs mous, une autre spécialité gourmande d’Aveiro.

pour une sortie sur les canaux , Cal do Oiro

http://caledooiro.com/

pour en savoir plus sur la région d’Ilhavo et d’Aveiro

http://www.centerofportugal.com/pt/posto-de-turismo-de-aveiro/

bateau moliceiro

Un Moliceiro, embarcation typique de la Ria d'Aveiro

Moliceiro embarcation typique d'Aveiro

Quand Aveiro a des airs vénitiens.

La lagune d'Aveiro le soir venu

Thèmes impertinents et religieux se croisent à la poupe des beaux moliceiros, embarcations typiques d'Aveiro

Moliceiro

Détail de moliceiro

moliceiro et son conducteur

Les bâteliers aguerris de la Ria d'Aveiro promènent les touristes

peinture naive sur moliceiro

Détail de Moliceiro. Boîte à trésors?

paysage de la Serra do Açor. Piodão Portugal

Pour la deuxième étape du voyage au centre du Portugal, on quitte l’élément liquide, l’océan Atlantique,  pour se rapprocher de l’élément minéral.  Direction le cœur du centre, une vaste région, de Coimbra l’universitaire, aux villages de schiste du massif central, et jusqu’à Estrela, serra magnifique. Lisbonne-affinités a suivi les conseils de Simply B, une agence de voyage qui  développe un tourisme responsable au centre du pays.

http://www.simplyb.pt/

http://Facebook: https://www.facebook.com/simplyb.pt/

Coimbra

Tout commence à Coimbra, ville universitaire- berceau intellectuel du Portugal- mais aussi ville romantique. C’est en effet ici que l’on raconte la légende d’Ines de Castro, la reine morte, la reine amoureuse qui n’était pas reine. À la  « Quinta das Lagrimas » on a choisi ce thème romantique pour décorer l’hôtel 5*, et aménagé un vaste parc lui aussi très romantique. A ne pas manquer les tableaux, sculptures, enluminures et manuscrits rassemblés dans cet hôtel de charme : Ines de Castro est bien présente, et il règne comme un parfum de mystère.

www.quintadaslagrimas.pt

Rua Antonio Augusto Gonçalves. tel 239 802 380

Coimbra est construite en hauteur, et l’université domine le Mondego. Au centre ville, facile d’accès par les rues piétonnes et commerçantes, une halte gourmande : « No Tacho ». Le « tacho », c’est la gamelle, le plat. Et ici un minuscule restaurant – quelques tables- sous la houlette du chef Victor Oliveira. Nous y avons dégusté un cochon de lait braisé, une spécialiste des environs de Coimbra (Melhadas). La carte du « no tacho » va bien au-delà, et les spécialités et « petiscos » ( petits plats ; encas) sont délicieux.

https://www.facebook.com/notacho/

rua da moeda nº20. tel 911 925 961/ 239 197 830

Il faut prendre le temps de visiter Coimbra, s’imprégner de l’ambiance particulière qui règne dans cette ville universitaire, vibrante et remuante. Jeune quoi !

Piodão l'un de splus beaux villages portugais

Piodão, village crèche du Portugal

Piodão

Frappé du sceau de « plus joli village de Portugal », Piodão est un incontournable dans la région centrale du Portugal. Malgré son étiquette qui le consacre et le rend très attrayant- et donc parfois un peu envahi de visiteurs- le village a beaucoup de charme. Situé en cul-de-sac, adossé  à la Serra do Açor, Piodão a les allures d’une miniature, avec ses maisons de schiste serrées autour d’une étonnante église blanche. Son  portail est entouré de deux clochers coniques, résultats d’une intervention architecturale des XVIIIe et XIXe siècle.

A proximité de l’église un mini musée ethnographique qui permet de comprendre la vie rude des pasteurs autrefois nombreux dans la région en raison de l’abondance d’eau garantissant de verts pâturages.

http://www.cm-arganil.pt/visitar/espacos-turisticos/nucleo-museologico-do-piodao/

Le dédale des ruelles traverse l’architecture montagnarde typique Une soixantaine de personnes vivent à l’année dans le village qui est recensé comme village historique

http://www.aldeiashistoricasdeportugal.com/

Sur la minuscule place du village de Piodão, se trouve le Fontinha, restaurant d’apparence simple, tenu par le maire du village. On peut y déguster des spécialités locales qui semblent venir tout droit de l’époque médiévale, comme le bucho de coja, du nom d’un ancien couvent de la région d’Arganil où s’insère Piodão. Le bucho est la panse d’animaux-principalement de porc ou d’agneau dans la région d’Arganil- farçit de  viande, de riz et de légumes épicés. Autre spécialité, le chanfana, un mijoté de chèvre au vin rouge accompagné de pommes de terre, un mets populaire très apprécié, revigorant et gouteux. Au Fontinha on propose en dessert la tijelada, une sorte de crème brûlée…très crémeuse. A se damner.

Tijelada crème brulée

Une crème brulée spécifique du centre du portugal au Fontinha

Le restaurant est le seul du village, il est fortement recommandé de réserver à la belle saison.

https://www.facebook.com/restauranteofontinha

tel 235 731 151 Lire la suite

Avec leurs  airs de muraille de Chine les Passerelles du Paiva, dans le nord du Portugal, réservent de belles sensations.

Ces passerelles de bois longent ou surplombent la rivière Paiva, qui traverse la Serra de Arouca, sur environ 85 kilomètres. Le Paiva y a des allures de torrent : les rapides qui le jalonnent en font un des musts du rafting et du canoë kayak, et il est classé en catégories IV et V sur une échelle de VI.

Si le Paiva promet de belles émotions aux sportifs, il est, depuis la construction des passerelles, un lieu recherché des promeneurs qui peuvent ainsi admirer sa beauté alors que le torrent est dépourvu de sentiers le long de son cours.

La municipalité d’Arouca a eu l’idée de construire un parcours de 8 kilomètres de long, qui longe une réserve de biodiversité, ce qui permet de la connaitre tout en diminuant l’impact environnemental.

Des cascades impressionnantes, comme celle de la Gorge du Paiva (voir photo) jusqu’à la plage fluviale de Vau, en passant par le pont suspendu pour jouer les Indiana Jones, les passerelles offrent une bien belle balade. Sans difficultés majeures, elles demandent cependant une bonne endurance. Il faut tenir compte des 500 marches recensées sur le parcours, dont plus de  300 concentrées à l’un des départs de la promenade, à  Areinho.

L’autre accès se fait  à Espiunca. Des taxis permettent de revenir à son point de départ si l’on ne veut pas faire les passerelles dans l’autre sens.

On peut également interrompre la promenade à mi parcours et là encore, prendre un taxi pour revenir à Arouca, où à sa voiture.

Une partie du tronçon est gratuite (zone de Areirinho jusqu’à la chute d’eau des Aguieiras) ensuite il faut s’acquitter d’un droit d’entrée de 1 euro.  Pour profiter de l’expérience, il faut s’y prendre à l’avance : le nombre de visiteurs est limité à 3500 par jour (sauf tronçon gratuit). Mais la centrale de réserves fonctionne très bien. Et c’est le prix- bien modeste – à payer pour préserver le milieu sensible classé Réseau Natura 2000.

Une condition pour limiter l’impact environnemental sur le milieu fragile.

L’été, les passerelles sont ouvertes au public de 8h00 à 20h00. On peut donc prendre tout son temps, en pensant à emmenner de quoi se sustenter et à boire. Les passerelles offrent peu d’aires de pique-nique et peu de sanitaires : là encore, il s’agit de minimiser l’impact sur la nature.  Cependant, les aménagements prévus sont suffisants pour le confort des promeneurs, et d’autres sont en cours.

Le long du parcours de nombreux panneaux explicatifs sur la faune,la flore et la géologie. Mais pourquoi ne pas s’offrir le plaisir d’une visite guidée ? Sachez aussi qu’une plateforme en ligne permet d’envoyer les clichés d’animaux et de plantes et des spécialistes aident à l’identification.

Une bonne manière de penser « vert ».

Les passerelles du Paiva ne sont qu’un élément du géoparc d’Arouca, qui réserve de bien belles surprises. Des chemins de randonnées et des parcours expliqués permettent de découvrir l’originalité d’un territoire mal connu.

Les incendies de 2016 ont défiguré par endroit les Serras– les montagnes-de la région. Mais la nature reprend ses droits, et des efforts sont faits pour diversifier les plantations d’arbres.

Lisbonne-affinités vous recommande la prudence, et d’éviter les gestes qui peuvent provoquer les incendies.

Pour plus d’infos, les liens qui s’imposent.

http://www.passadicosdopaiva.pt/

http://aroucageopark.pt/fr/

Arouca se situe à environ 60 km de Porto, à l’est. Accessible par L’A32, l’A1 et la nationale 326

 

L'hôtel rural Quinta de novais/ Arouca.

hôtel rural

L’hôtel rural Quinta de novais/ Arouca.  Un Charmant hôtel rural de 16 chambres doubles, à quelques kilométres d’Arouca, et dans un écrin de verdure ouvrant sur la serra de Freita. http://www.quintadenovais.com/

Les passerelles: 500 marches et 8 kilomètres de long

Il faut un peu d'endurance pour faire le parcours complet des passerelles du Paiva

belles sensations.

Un couloir vert, une biodiversité riche et variée.

Une nature préservée fragile

Les guides du géoparc sont là pour sensibiliser à la protection de la nature.

Quand les passerelles du paiva prennent un air asiatique..

Espiunca, l'un des deux accès aux passerelles du Paiva.

 

 

 

Elvas qui possède 20 églises et six couvents cache aussi des trésors liés aux autres religions.

Avec ses ruelles étroites, ses places harmonieuses bordées de maisons chaulées rehaussées de jaune, ses palais à colonnades, ses murailles, ses inscriptions arabes et ses lignes de défense, Elvas est une ville très agréable à parcourir. La ville Alentejane, située près de la frontière espagnole dans le sud du Portugal, est classée au patrimoine historique de l’humanité par l’Unesco depuis 2012.

Un titre bien mérité.

S’y promener c’est remonter le temps jusqu’à l’époque islamiste, début de sa splendeur. La cité qui s’appelait alors Yalbash était partie intégrante du Royaume Arabe de Al-Andalus  (714-1230).

A cette époque Yalbash abritait une importante communauté Juive. La ville prospèrait et les juifs firent construire une premiére puis une seconde synagogue, dans les deux quartiers où ils demeurent, les Judiarias. Lorsque le roi Portugais leur ordonne de partir ou de se convertir, beaucoup d ejuifs opteront pour rester, et deviendront des « nouveaux-chrétiens ». Les archives de la ville  montrent qu’au XVIe et au XVIIe siècles la population juive s’élevait à 1600/2000 personnes. Presque un quart de la population.

Parmi les gens les plus importants figurent les descendants du grand Rabbin de Castille, Abraham Senior, l’homme qui fut le plus riche de la péninsule ibérique. Il finançat au moins une expédition de Christophe Colomb.

Elvas redécouvre son passé juif, et l’assume. Des fouilles ont permis de mettre au jour la première synagogue, celle de la Judiaria velha (la vielle juiverie).

On soupçonnait qu’elle se trouvait dans l’ancien abattoir– construit là dit-on en une dernière humiliation faite aux juifs. Mais ni les archéologues ni les techniciens  de la municipalité ne s’attendaient à trouver une telle merveille si bien conservée. Dissimulés derrière les enduits de briques et de chaux, les piliers en pierre de la synagogue sont intacts, et révèlent leurs sculptures.  Les murs conservent des traces de peinture originale. Le plan est strictement celui d’une synagogue, peut être la plus grande du Portugal. Malheureusement les bains qui jouxtaient l’édifice religieux  n’ont pas été retrouvés.

Le minutieux travail de restauration en cours devrait prendre fin à la mi 2017, et la synagogue sera transformée en musée.

Elvas fait partie du réseau des cités judaïques du Portugal.

Pour visiter la ville, l’Office du Tourisme se trouve Praça da República, et dispose de Kiosques d’informations notamment près du vieil aqueduc, autre merveille d’Elvas.

http://www.redejudiariasportugal.com/

http://www.cm-elvas.pt/pt/turismo/posto-de-turismo

 

La Cathédrale d'Elvas sur la place de la République

L'un des 30 monuments catholiques d'Elvas et de sa région

Le riche plafond décoré de la Cathédrale d'Elvas

Une dentelle de peinture originale et quasi unique

Fabuleuse découverte: la première synagogue officielle d'Elvas

Elle a été récemment redécouverte et va devenir un musée pour mieux faire comprendre le riche  passé juif, musulman et chrétien de la cité d'Elvas

Des piliers sculptés miraculeusement intacts.

Les fouilles archéologiques laissent penser que l'on pourrait avoir redécouvert l'une des synagogues médiévales les plus importantes du Portugal

L'abattoir- l'açougue- dissimulait l'ancienne synagogue médiévale.

Les juifs furent longtemps intégrés avant d'être expulsés puis prersécutés par l'inquisition.

Fenêtres médiévales richement sculptées

Elles jouxtent l'ancienne synagogue et appartenaient peut être à l'édifice des bains  qui ont disparu.

Une promenade dans les ruelles médiévales

Simplicité et embellissement

Mosaique.

Le pavement en damiers de la place de la République à Elvas

Vestige de muraille Arabe

Deux murailles de l'époque arabe entouraient Elvas, qui s'appelait alors Yalbash, et qui était une ville commerçante importante de Al-Andalus.

Le Château d'Elvas

Une vue panoramique sur les forts de défense d'Elvas . Voir (I) Elvas , la clef du royaume

Le Sarronca, instrument de musique traditionnel

Un pot, une menbrane, un bâton qui permet de faire entrer de l'air...et le son particulier du Sarronca- ou Zabomba- envahit les rues étroites de la belle ville d'Elvas.
elvas en alentejo

 

C’est l’histoire d’un fort, d’un fort et d’une ville. Le Fort de Graça- Forte da Graça , construit sur un promontoire rocheux dominant la ville d’Elvas en Alentejo.

Du haut de la colline où se trouve le Fort, il était aisé de voir arriver les seules troupes ennemies redoutées encore  au 18e siècle lorsqu’il fut construit: les troupes espagnoles, soutenues par les français.

Alors que le puissant royaume voisin de Castille tentait une nouvelle fois de s’emparer du Portugal,  le Marquis de Pombal- celui-là même qui fit reconstruire Lisbonne après le tremblement de terre de 1755-  faisait appel à un grand stratège militaire, Friedrich Wilhelm Ernst Von Shaumburg- Lippe, pour prendre la tête des armées luso-britanniques.  En 1762, le Comte de Lippe  fut  chargé de lancer la construction de la forteresse d’Elvas, considérée aujourd’hui comme l’une des plus abouties du système de défense de ce genre.

Le Fort de Graça n’est pas s’en rappeler les forteresses Vauban : les architectes embauchés par le comte de Lippe étaient tous français, et rompus aux techniques de l’architecture militaire initiée au XVIIe siècle par Sébastien Le Prestre de Vauban.

Étoiles donc, pour les murailles du Fort et de son alter ego sur l’autre colline dominant Elvas, le fort de Santa Luzia. Étoile aussi pour Elvas, ceinte aussi de murailles, et qui résistera aux trois tentatives d’invasion espagnoles. Et résistera ensuite aux invasions napoléoniennes.

Quelle histoire mouvementée que celle du fort de Graça, qui fut  garnison, place forte mais aussi et pendant fort longtemps, prison militaire et prison politique (jusqu’en 1975).

En 2000, le fort abandonné depuis longtemps, est dans un état de quasi ruine. Le ministère de la défense décide alors de le céder à la municipalité d’Elvas qui restaure ce patrimoine hors du commun.

De gigantesques travaux débutent alors pour redonner son apparence originelle au Fort. Un ensemble complexe de défenses installées sur plusieurs niveaux, jouant sur le peu d’espace disponible au sol, et donnant l’illusion d’une forteresse e 3 ou 4 fois plus puissante que son arme de feu.

Le Fort fut une prison militaire, et la rénovation des bâtiments met bien en valeur cette fonction. Quant à la maison du gouverneur qui surmonte le tout, elle ressemble à un petit palais qui détonne dans un univers austère.

Le premier gouverneur a y avoir habité  fut le français Guillaume Louis-Antoine de Valleré, choisit par Lippe pour construire la forteresse en remplacement du premier architecte, Étienne, également français.

L’excellente rénovation de l’espace permet d’apprécier toute la dimension historique du lieu, proposant différents niveaux de lectures aux visiteurs qui pourraient ne trouver qu’un intérêt limité à l’architecture militaire.

Les visites guidées, deux fois par jour, à 10h30 et 15 h sont fortement recommandées : elles sont d’un bon niveau et permettent de comprendre l’importance stratégique du Fort.

Le Fort dispose également d’une application dédiée pour accompagner la visite avec un smartphone.

Ensuite, il ne reste plus qu’à visiter Elvas, que l’on a des siècles durant, appelée la « Clef du royaume de Portugal ». Et qui est aujourd’hui patrimoine mondial de l’Unesco. (voir II Elvas Judaique)

http://www.cm-elvas.pt/pt/turismo

Le Fort de Graça domine la ville d'Elvas

Depuis le Fort la vue s'étend jusqu'en Espagne.

Le Fort jouit d'une position privilégiée pour surveiller l'arrivée des troupes ennemies, espagnoles ou napoléoniennes.

Au sommet de la construction militaire la maison du gouverneur.

L'escalier très étroit qui conduit aux appartements privés  ne devait guère être commode pour les dames en crinoline, épouses ou filles des gouverneurs du Fort

Une maison de gouverneur aux allures de petit Versailles

Les peintures  naives de la caserne

Il s'agit de rappeler aux militaires leurs devoirs:écrire à leurs parents,même s'il n'y a pas de table!

Détail

La coupole du gouverneur

Le soir apporte encore plus de mystère au Forte da Graça 

 

Fundão, capitale de la région centre, est réputée pour ses …cerises. Mais une autre de ses richesses gagne à être connue : les champignons.

Entre les Serras Gardunha et Estrela, les coins à champignons ne manquent pas. Humidité, sous-bois propices composés de châtaigniers, d’hêtres, de noisetiers, de pin et de chênes …et bien sûr de cerisiers favorisent la pousse.

Des dizaines d’espèces de champignons sont recensées dans la région, parfois comestibles, parfois non, voire carrément vénéneuses.

Pas question de ramasser les champignons si on n’y connait rien. Mieux vaut faire appel à un spécialiste, comme José Matos,  qui s’est formé au fil du temps, et sait reconnaitre les espèces.

La région de la Gardunha est célébre pour ses « miscaros », le Tricholome équestre, dit aussi Chevalier. Dans les landes et le pays basque c’est le célébre Bidaou.

Très prisé, il est pourtant désormais rangé en France dans la catégorie des toxiques : il ne faut surtout pas en manger beaucoup et plusieurs fois dans la semaine. Des cas d’intoxication ont été signalés et depuis il est surveillé.

Dans la région de Fundão, on apprécie ce mets fin et délicat. Au point de lui consacrer un festival- et plus largement aux champgions de Gardunha et de Estrela, autour de Fundão. Il se déroule en novembre à Alcaide.

Une promenade avec José Matos mycologue amateur mais réputé est la garantie d’un grand bol d’air et d’une vraie – et prudente- initiation aux champignons régionaux.

Lisbonne-affinités a eu la chance de croiser sur le domaine Quinta Vale dos Encantos de José Matos quelques beaux spécimens. Des bolets (cèpes), des lactaires délicieux, des lépiotes (coulemelles), des chanterelles (girolles), pied de mouton, pied bleu,  des clavaires et même des champignons de Paris ……sauvage.

José Matos organise promenade cueillette éducative et dégustation sur demande.

Contact

sur facebook Quinta Vale D’Encantos

quintavaledencantos@gmail.com

Un terrain idéal pour les champignons.

À la  campagne près de Fundão dans le centre du Portugal.

Une incroyable variété de champignons.

José Matos, un mycologue amateur mais compétent.

L'herbe grasse et humide de la Serra de la Gardunha

Sous-bois à champignons à l'automne.

 A préserver, pour maintenir l'écosystème propoice aux champignons.

Des  champignons de Paris.....sauvages.

Dans la anture on trouve des champignons de Paris, sans leur boîte!
 
 
hôtel raffiné centre portugal

L’air est vivifiant entre les deux “serras” du centre du Portugal: Gardunha et Estrela.  C’est au creux d’une vallée entre ces deux massifs montagneux , dans le petit village de Chãos, que s’est installé l’hôtel Cerca Design House.

Un ancien domaine, doté d’un « Solar » (manoir ou maison noble) en ruines, coup de foudre de Marta , qui a décidé d’y construire une unité hôtelière.

Au total dix chambres dans l’ancienne maison de maitre, rénovée en lui conservant les éléments d’origine : niches en pierre,  piliers en granit, plafond en bois…

Cinq  « villas » viennent compléter l’ensemble. L’hôtel s’est en effet enrichi de 4 appartements, dotés d’une seule chambre et d’un salon comprenant un canapé deux places. L’idéal pour une famille, d’autant plus que la kitchenette dans la pièce principale est bien équipée. Les cinq « villas » ouvrent sur une piscine privée, et sur le paysage typique de la région. Le jardin vient d’être enrichi d’une plantation de cerisiers, le must de la région de Fundão.

L’hôtel dispose d’une autre piscine et d’un jacuzzi lové dans un bassin en granit.

L’aménagement de l’hôtel est sobre mais élégant, la décoration a été confiée à Lina Colaço, qui a su s’inspirer des matériaux typiques de la région comme le « burel », un feutre très particulier, dont elle a parsemé coussins et couvertures. Des abat-jours fait sur mesure, des touches de couleurs, la pierre et les volumes des salles communes donnent une impression de « comme chez soi » très agréable.

Les chambres du manoir sont assez classiques, à l’exception de la plus grande installée dans l’ancienne chapelle du « Solar ». La salamandre et le panier de bois apportent la chaleur nécessaire en hiver dans ces contrées où il neige parfois.

La Serra d’Estrela- et son petit domaine skiable- n’est qu’à 15 km

L’hôtel Cerca Design House propose des formules permettant de connaitre l’artisanat local, comme les paniers d’osier utilisés traditionellement pour le ramassage des cerises, et fabriqués par António Nunes et sa femme. Ou encore les champignons de la région : une variété inouie et entre autres le célèbre « miscaros » ou Tricholome du Chevalier-très recherché malgré sa toxicité relative si consommé en abondance et plusieurs jours durant.

A petite dose c’est un champignon qui fait courir beaucoup de monde en Europe. Prudence et respect de la nature sont fortement recommandés : ne ramassez un champignon que si vous êtes sûrs de vous ! sinon contentez vous de l’admirer. (voir article consacré aux champignons de Gardunha sur www.lisbonne-affinités.com

Quant à l’hôtel Cerca design house, il offre des formules selon les époques et les activités (ne ratez pas la cueillette des cerises : on vous le dit c’est le must de la région).

Comptez entre 80  et 195 € (villas de 4 personnes, saison haute). L’hôtel dispose d’un bar et peut servir des repas légers sur commande. Il faut prendre sa voiture pour dîner. Lisbonne-affinités recommande, à quelques kilomètres, à Souto da Casa, le restaurant « O Pipo » (le tonneau). Carla sert une cuisine régionale- ah le cabri au four !- de belle tenue, à des prix amicaux, dans un restaurant local sans prétention décorative. Mais les papilles y sont reines.Tél (00.351)275 598 362 /portable (00 351)965 895 668

On aime bien

Le côté cosy, chaleureux, avec un design sobre et original. Le jeu des matières. L’accueil, impeccable. La propreté et le confort. Le spa dans le granit. Le village et la campagne. Les petits-déjeuners.

On aime moins

Le nom anglais : un Design House qui n’évoque pas grand-chose. La pelouse synthétique. La  proximité (relative) de la route. Les cerisiers fraichement plantés feront une barrière très agréable dans quelques années. Les prix un petit peu élevés.

Cerca Design House Largo da Praça, nº1, Chãos, 6230-171 DONAS – FUNDÃO

Tel:+351 275759060

Portable: +351964756466
E.: info@cercadesignhouse.com

Le double 9 sert de salle de petit déjeuner à l'Hôte et se transforme en bar à cocktails le soir.ouvert jusqu'à 2h30dsc_0138-copie

Une balade aux champignons voir l’article Fundão champignons

 

Cerca design House: ces chambres raffinées mais sobres.

Les parties communes agrémentées de coussins de couleurs

Détente devant la salamandre du salon du cerca design house

Les "Villas" sont des appartements équipés pour 4 personnes.

Farniente devant l'appartement s'ouvrant sur la camapgne de la Serra de Gardunha

Du mobilier soigné, des créations originales.

Le couple Nunes dos Santos se rend à l'hôtel pour faire découvrir son art.

De magnifiques paniers fait avec des branches de châtaigniers.

Les paniers carrés servent à la cueillette des cerises,l'une des spécialités de la région de Fundão.

 

L’archipel des Açores c’est un curieux mélange: un morceau de Suisse qui aurait épousé la Bretagne, ferait la noce en Auvergne, remonterait le temps jusqu’à la création du monde avec ses volcans encore si « jeunes ». Et qui se nourrirait de l’hospitalité légendaire des Portugais, leur art de vivre et leur bonne humeur.

Ajouter à cela l’insularité qui donne à ce milieu du monde un caractère si spécifique.

Milieu du monde ? presque….l’archipel composé de  neuf îles se trouve à 1500 km à l’ouest de Lisbonne et a 2800 km des côtes canadiennes.

São Miguel dans le groupe le plus oriental est l’île principale et sa capitale, Ponta Delgada, également capitale des Açores.

Pour être la plus accessible, et donc la plus fréquentée, on lui prête un caractère plus facile. Pourtant c’est sur  São Miguel que se développent le plus les activités sportives et de loisirs extrêmes. On peut y pratiquer le canoë, la voile, le surf, la pêche en haute mer, l’escalade, la plongée sous-marine, le VTT…

L’île verte– c’est son surnom- porte par ailleurs bien son nom : les magnifiques « caldeiras » (chaudrons) les anciens cratères des volcans effondrés, occupées par des lacs, ont façonné un paysage magnifique. Il n’a peut être pas la dimension démesurée des « hauts » Réunionnais, mais il incite à une exploration méthodique.

On peut donc y faire de très jolies balades, dont beaucoup sont accesibles aux familles. Bucoliques et champêtres, elles permettent de profiter des « décrochements »   des nuages pour admirer l’île et l’océan tout autour.

Lisbonne-affinités a emprunté la Route des Eaux (Rota das Águas), et suivi le sentier de la « fenêtre de l’enfer »(Janela do Inferno). Aprés avoir laisser sa voiture au lieu dit Remedios, au-dessus de São Miguel – une marche d’approche de plusieurs kilomètres n’est pas du tout recommandée-  on entame  une promenade bucolique, qui passe au travers des collines,  avant d’entrer dans un sous-bois parsemé de fougères arborescentes, jusqu’à une mare provenant d’une chute d’eau tombant d’une ouverture dans la falaise : la fameuse fenêtre de l’enfer. Pour la balade retour, on se découvre l’âme d’un aventurier en passant sur des ponts ou dans des tunnels : il s’agit en fait des conduites d’eau destinées à alimenter l’ancienne usine d’alcool de Lagoa au siècle dernier. Aujourd’hui l’eau est canalisée vers le système de réseau public d’adduction d’eau.

Un des anciens aqueducs fait 50 mètres de long : lampe recommandée. Il est également recommandé de ne pas surprendre et effrayer les animaux que vous rencontrerez : les vaches. Elles paissent  en plein air toute l’année, et bien que fort paisibles, on peut les faire paniquer en hurlant et en courant au milieu d’elles. Admirer plutôt  leur air de contentement à brouter une herbe grasse dans laquelle on marche avec délice, et passer tranquillement.

La fenêtre de l’enfer est une  balade en boucle de 7,5km sans difficultés. C’est l’une des 13 faciles recommandées par l’office du tourisme, qui aménage les sentiers. Des niveaux plus sportifs sont également disponibles.

Attention, même faciles, les balades requièrent de s’informer sur le temps, et ne jamais partir sans prendre de l’eau, de quoi grignoter, de bonnes chaussures et des vêtements chauds. Et même la crème solaire !

On peut se faire accompagner d’un guide recommandé par l’office du tourisme.

Le climat des Açores est tempéré océanique, et très changeant : on y vit les 4 saisons dans une journée !. En contrepartie l’exubérance de la végétation est un régal pour les yeux et pour l’âme.

Toutes les explications pour les randonnées pédestres  sont sur le site du tourisme des Açores…en français

http://www.visitazores.com/fr

Un paysage de collines douces et verdoyantes

Le sentier de la "Fenêtre de l'Enfer", une balade familiale sur l'île de São Miguel, aux Açores

Les ambiances changent au cours des balades: aucune ne se ressemble et beaucoup sont faciles à faire

Les Açores développent le tourisme de nature pour valoriser un environnement privilégié

Un climat tempéré et humide: la végétation est souvent exubérante

Une fougère arborescente pour un voyage garanti.

Jouer les explorateurs.

Certaines balades ont beaucoup de charme, comme celle de la "Fenêtre de l'enfer". Une boucle de 7,5 km pleine de surprises.

Attention: animaux féroces!

Les paisibles vaches des Açores sont la fierté des îles:  elles broutent toute l'année dehors et leur lait est succulent.

Une signalétique impeccable.

Des sentiers balisés et entretenus, des informations claires et précises. Soyez vigilants sur la météo avant de partir vous promenez.

 

villa romaine de são Cucufate

Les ruines romaines de São Cucufate en Alentejo doivent leur nom à un martyr de l’an 304 (en français il s’agit de Saint Cucufa ou Cougat : venu de Carthage il s’était réfugié en Espagne où il fut décapité). Bien oublié aujourd’hui, c’est son culte au moyen-âge qui a sans doute permis  le bon état de conservation des ruines luso-romaines du site. En effet, arcades, murs de soutainement, pavement, dédales et couloirs du monastère érigé au nom du Saint martyr s’arqueboutent sur les ruines de l’immense villa Romaine qui avait été érigée en ce lieu.

Les ruines laissent encore apparaître l’histoire mouvementée de São Cucufate. Construite au 1er siècle de notre ère, la première villa, c’est-à-dire le domaine agricole, a été démolie et reconstruite un siècle plus tard, avant de donner place à un palais rural de belles proportions au IVe siècle.

Après les temps troublés des guerres entre Chrétiens et Maures pour le contrôle de la péninsule Ibérique, la villa sera confiée à partir du XIIIe siècle aux moines d’abord Augustins puis Bénédictins. Ces puissantes  confrèries,  qui ont donné leur nom au village voisin, Vila de Frades ne partiront qu’au  XVIIIe siècle. Ce sera l’oubli pour São Cucufate … jusqu’aux découvertes archéologiques à partir de 1992.

Un plan en U, des arcs voutés  en façade, un premier étage résidentiel protégé par des arcades, une piscine, des thermes inachevés et des jardins en espaliers : la villa n’était que luxe et volupté. L’eau y était amenée par des séries de canaux dont on n’a pas encore découvert toutes les ramifications et l’extension. La ferme produisait surtout de l’huile d’olive et du vin.

Dans la région de Vila de Frades, on a d’ailleurs  conservé la tradition du vin en amphore (talha) exactement comme le faisait les ancêtres romains. Et des passionnés tentent de relancer la coutume pour ne pas laisser périr un patrimoine qui a survécu jusqu’à nos jours.

A São Cucufate, un plan est remis à l’entrée de la visite pour s’y retrouver dans l’enchevêtrement des constructions aux différentes époques. Mais la bonne conservation, l’originalité de l’édifice, le temple à une divinité inconnue qui accueille les visiteurs, les arcades encore debout ainsi que les celliers intégrés à l’église, où les contrepoids encore en place du pressoir confèrent toute sa magie au lieu. Cucufate est considérée comme l’une des plus grandes et majestueuses villas romaines du Portugal.

On aime

La bonne tenue du site, entretenu et surveillé. L’existence d’un parking attenant au bâtiment d’appui, et la fourniture d’explications.

On aime moins

L’absence de zones d’ombre pour se protéger du soleil durant la visite l’été, les températures peuvent grimper jusqu’à 40 degrés. Une signalétique d’accès encore balbutiante, mais heureusement la villa romaine se trouve à proximité du village de Vila de Frades.

Estrada de Vila Alva 7960 Vila de Frades

tél (351) 284441113
s.cucufate@cultura-alentejo.pt

fermé le lundi et le mardi matin

Le double 9 sert de salle de petit déjeuner à l'Hôte et se transforme en bar à cocktails le soir.ouvert jusqu'à 2h30

hébergement hôtel rural alentejo

Quinta das ratoeiras, hôtel rural

L'hôtel rural de la Quinta das Ratoeiras jouxte le site de São Cucufate à Vila de Frades. Six chambres calmes et confortables au milieu des vignes. Climatisation, télévision, wifi. Petit déjeuner campagnard copieux. Visites du domaine sur demande. L'accès aux chambres se fait par digicode, mais Pedro et Patricia, les propriétaires sont souvent sur le domaine pour garantir un accueil très chaleureux.

http://quintadasratoeiras.pt/

talhas, amphores géantes en terre

Les "talhas" à la parade : les amphores à vin des romains.

La Quinta das Ratoeiras remet à la mode le vin des romains. Il est fabriqué directement dans les amphores, une méthode traditionnelle qui a perduré  jusqu'à nos jours. Les propriétaires Pedro et Patricia sont parmi les premiers à relancer l'activité pour sauver le précieux patrimoine.
vin fait avec la méthode de la talha

Les romains faisaient comme ça !

Un peu de patience et beaucoup d'huile de coude pour réaliser un vin original qui dispose désormais de son AOC. À déguster pour que la tradition perdure et que les talhas, les amphores, ne disparaissent pas de la région.
village de Vila de Frades

Le joli village de Vila de Frades

Il n'y a plus de moine dans la région, mais des caves où l'on vinifie encore le vin à l'ancienne. Tous les ans en décembre, Vitifrades, la fête du vin de talha, permet de déguster un petit vin sans prétention mais chargé d'histoire.